Aller au contenu principal

Archives de

Stats, 93e Pays visiteur, le Pérou


93e Pays visiteur, le Pérou
93e Pays visiteur, le Pérou

Nous souhaitons la Bienvenue à nos nouveaux visiteurs du Pérou. Bonnes visites, lectures, contributions. Ce blog à partir de ce jour est aussi un peu le vôtre. Merci de votre visite.

We welcome our new visitors from Peru. Good visits, readings, contributions. This blog from this day is also a bit yours. Thank you for your visit.

Damos la bienvenida a nuestros nuevos visitantes del Perú. Buenas visitas, lecturas, aportes. Este blog de hoy también es un poco tuyo. Gracias por tu visita.

Coronavirus, 1 passager présente des symptômes…


Coronavirus : Un des passagers du vol Wuhan-Istres présente des symptômes. ÉPIDÉMIE : un des passagers du vol Wuhan-Istres présente des symptômes du coronavirus. Il a été hospitalisé à Marseille. Les autres passagers passeront deux semaines en quarantaine.

Par J.S.-M. avec AFP – Publié le 31/01/20 à 14h35 — Mis à jour le 31/01/20 à 14h59

L’avion qui rapatriait 200 personnes de Chine a atterri ce vendredi à Istres, non loin de Marseille. — H. Retamal / AFP

Un passager se trouvant dans l’avion en provenance de Wuhan​ « présente des symptômes » du Coronavirus. Il a été transféré dès l’atterrissage de l’appareil à l’hôpital de la Timone à Marseille, a annoncé ce vendredi la ministre de la Santé Agnès Buzyn.

« Cette personne a été directement transférée à l’hôpital de la Timone et elle sera testée évidemment », a précisé la ministre lors d’une conférence de presse à l’aéroport de Marignane (Bouches-du-Rhône). En début d’après-midi, Agnès Buzyn a accueilli les 180 passagers en provenance de Wuhan sur la base militaire d’Istres.

Ces rapatriés, en majorité des Français, passeront deux semaines dans un centre de vacances situé à Carry-le-Rouet, une station balnéaire.

Environ 80 réservistes sanitaires, « se relayant par équipes », seront mobilisés au sein du centre, « pour une durée de deux semaines renouvelables une fois », précise un arrêté publié dans la nuit. Pendant leur période d’isolement, les rapatriés vont faire l’objet d’une surveillance médicale : ils devront vérifier leur température et porter un masque.

Mardi, la Commission européenne avait indiqué qu’un second vol de rapatriement était prévu « plus tard dans la semaine », afin d’évacuer d’autres Français et des ressortissants d’autres pays européens.

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/sante/2707927-20200131-coronavirus-comment-organise-quarantaine-200-francais-wuhan

Gardanne, Centrale à charbon ?


20minutes.fr – Bouches-du-Rhône : Emmanuelle Wargon fait mine d’avancer sur l’avenir de la centrale à charbon de Gardanne. ENVIRONNEMENT : En déplacement à Marseille, la secrétaire d’État Emmanuelle Wargon n’a acté aucun plan précis pour la centrale à charbon de Gardanne, qui doit être fermée dans deux ans.

Par Mathilde Ceilles – Publié le 30/01/20 à 23h01 — Mis à jour le 30/01/20 à 23h01

La centrale à charbon de Gardanne — Gérard Julien / AFP
  • – Emmanuelle Wargon est venue à Marseille régler l’épineuse question de la centrale à charbon.
  • – Emmanuel Macron s’est en effet engagé à la fermer en 2022.
  • – Mais aucun projet concret n’émerge pour l’avenir de cette centrale, à deux ans de l’échéance.

Que faire de la centrale à charbon de Gardanne, dans les Bouches-du-Rhône ?  Emmanuel Macron l’a promis, et il s’y tiendra : en 2022, ce site devra être un souvenir du passé, celui d’une industrie jugée trop polluante en raison de ses rejets en CO2. Mais deux ans avant la fermeture annoncée, soit dans une poignée de mois, aucun projet concret n’a été mis sur la table, pas même par le gouvernement.

La secrétaire d’Etat auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, Emmanuelle Wargon, a pourtant fait spécialement le déplacement à Marseille, ce jeudi, en préfecture, pour régler cette épineuse question. La ministre achève un « tour de France » des centrales à charbon, avec, pour trois des quatre sites français encore en activité, des annonces précises. Là, une enveloppe de 250 millions d’euros, ici une fermeture définitivement repoussée avec un calendrier bien défini.

Une usine en grève depuis un an : Mais à Gardanne, point de projet acté. La situation semble bloquée, et différentes pistes de reconversion du site se retrouvent défendues bec et ongles et ongle par les syndicats, les élus ou les collectifs environnementaux. Les tensions autour de l’avenir de la centrale restent vivantes, comme en témoigne la demande de dernière minute de certains élus d’exclure les journalistes de leur réunion avec la secrétaire d’Etat ce jeudi, pourtant initialement ouverte à la presse pour mieux démontrer l’action de l’Etat et la volonté du gouvernement d’honorer cette promesse électorale…

À l’extérieur de la préfecture, les représentants syndicaux CGT des 250 salariés de la centrale à charbon de Gardanne ont dans un premier temps refusé de participer à cette réunion. En grève depuis le mois de décembre 2018, ces salariés s’opposent à cette fermeture, et poussent pour une prolongation avec capture du CO2 pour un « charbon propre », un procédé pas encore au point à l’heure actuelle et controversé. Selon un communiqué de la direction de GazelEnergie, propriété de la centrale, la situation demeure compliquée, au point que le site « n’a quasiment pas produit d’électricité depuis un an ».

Les propositions de la CGT étudiées – Après avoir accepté une entrevue en marge de la réunion le syndicat a toutefois obtenu un engagement de la secrétaire d’Etat : leurs propositions vont faire l’objet d’une étude de faisabilité, dont le coût, de 120.000 euros, va être entièrement prise en charge par l’Etat et la Caisse des dépôts.

Et sinon ? Et sinon, pas grand-chose, du propre aveu de la secrétaire d’Etat, qui a obtenu, après une heure de débats avec les élus, la signature non pas d’un contrat de territoire, mais d’un « document cadre » qui liste une série de projets pour Gardanne et ses alentours, qui vont de la construction d’une scierie au développement d’entreprises autour de la « mobilité douce ».

« Ce n’est pas assez précis encore » : « On est à un stade qui est un document d’orientation, donc ce n’est pas assez précis encore, je vous rejoins sur ce point, reconnaît Emmanuelle Wargon. Nous nous sommes donnés quatre, cinq mois, d’ici l’été, pour arriver à un projet de territoire précis, dans lequel vous avez des actions, des opérateurs, des montants financiers et des calendriers. C’est le travail que nous avons à faire. C’est un travail qu’il faut faire avec les élus. Ça a pris un peu plus de temps ici que sur d’autres sites. Mais là, il est enclenché. C’est pour ça que je signe ce document intermédiaire. Ça symbolise la volonté collective de passer d’orientations à des actions concrètes ».

Mais d’ores et déjà, le petit pas concédé par Emmanuelle Wargon auprès de la CGT inquiète les associations environnementales. « Il est normal qu’il y ait des phases de discussion avec les syndicats, estime Luc Le Mouel, pour FNE Paca. On comprend qu’à un moment donné, il lâche du lest. Mais le social est aussi important que l’écologie. Avec le projet qui se profile, j’ai peur que ce soit le social et peu d’écologie… ».

En attendant, la CGT affirme vouloir continuer la grève. « S’il y a des gestes très clairs, qu’il n’y a pas un salarié qui sera licencié, un projet industriel signé par ce gouvernement et des millions d’investissement mis sur la table, on est en capacité de suspendre le mouvement, affirme Nadir Hadjali, secrétaire adjoint CGT à la centrale. Aujourd’hui, ce n’est pas le cas. Il y a plein de questions qui restent dans le flou ».

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/planete/2707263-20200130-bouches-rhone-emmanuelle-wargon-fait-mine-avancer-avenir-centrale-charbon-gardanne

Oise, Fibre Optique, Modalités en question


leparisien.fr – Oise – Sous terre ou dans l’air, la fibre optique finira par passer dans le Beauvaisis. SFR devait assurer le raccordement au très haut débit des 31 communes de l’agglomération pour 2020. Le délai pourrait ne pas être respecté, élus et opérateur étant en désaccord sur les modalités techniques.

Par Patrick Caffin – Le 29 janvier 2020 à 20h36

Pour amener la fibre dans certains villages du Beauvaisis, l’Agglo préconise de creuser une tranchée de 60 cm, comme ici, à Lachapelle-aux-Pots. SFR préférerait une voie aérienne, moins onéreuse. LP/P.C.

Pour amener la fibre dans certains villages du Beauvaisis, l’Agglo préconise de creuser une tranchée de 60 cm, comme ici, à Lachapelle-aux-Pots. SFR préférerait une voie aérienne, moins onéreuse. LP/P.C.

Les 31 communes originelles de l’Agglomération du Beauvaisis seront-elles fibrées à la fin de l’année ? Aujourd’hui, il paraît compliqué de répondre par l’affirmative à cette question. SFR, l’opérateur chargé du déploiement, assure en effet que « 92 % des 37 000 foyers seront connectés ».

« Je précise qu’initialement, la convention prévoyait un raccordement à la fibre pour 2022, souligne Salvatore Tuttolomondo, directeur des relations régionales Nord de Numéricable-SFR. C’est un avenant qui a ramené la date à 2020 ».

Concrètement, au 1er janvier 2020, Beauvais, Auneuil, Aux-Marais, Frocourt, Goincourt, Le Mont-Saint-Adrien, Rainvillers, Saint-Léger-en-Bray, Saint-Martin-le-Noeud, Saint-Paul et Therdonne sont équipés à plus de 80 % et ont vu la commercialisation commencer.

Onze communes dans l’incertitude : Dans les 12 mois à venir, l’installation de la fibre devrait par ailleurs être terminée et commercialisable à Allonne, Auteuil, Berneuil-en-Bray, Guignecourt, Juvignies, Rochy-Condé, Tillé, Troissereux et Warluis.

La situation s’annonce plus incertaine, en revanche, pour les autres communes : Bonlier, Fontaine-Saint-Lucien, Fouquenies, Herchies, Maisoncelle-Saint-Pierre, Milly-sur-Thérain, Nivillers, Pierrefitte-en-Beauvaisis, Saint-Germain-la-Poterie, Savignies et Verderel-lès-Sauqueuse.

Là, le déploiement s’annonce difficile, l’Agglomération et SFR n’étant pas d’accord sur les modalités techniques. Les élus des communes concernées ne veulent pas entendre parler d’un raccordement aérien qui impliquerait la pose de pylônes sur leur territoire.

Pour SFR, ce sont les élus qui ont changé d’avis : « Ils ont changé d’avis par rapport à 2018, assure Salvatore Tuttolomondo. Si nous devons creuser des tranchées pour faire passer nos câbles, cela prendra plus de temps et l’investissement sera trois fois plus élevé ».

Initialement, SFR devait suivre les câbles téléphoniques d’Orange. Problème, le développement du réseau téléphonique date des années 70 et, à l’époque, de nombreux câbles ont été enterrés sans fourreau, directement dans la terre.

« Aujourd’hui, c’est interdit, indique Salvatore Tuttolomondo. Il faut donc trouver une solution et pour nous, cela passe par un raccordement aérien. Sinon, le modèle économique est trop différent (la facture est estimée à 1,3 M€, NDLR). On a écrit un courrier aux différents maires et à l’Agglo. On attend la réponse. Dès qu’on aura le feu vert, tout ira très vite ».

« On fait tous des efforts pour enterrer les réseaux » : Mais les maires concernés restent unis et campent sur leur position. « On fait tous des efforts pour enterrer les réseaux dès que possible, ce n’est pas pour rajouter des poteaux, souligne Gilles Degroote, maire (SE) de Savignies. Aujourd’hui, la fibre est à Troissereux au nord et à Saint-Paul au sud. Pour nous, en plus, c’est impossible de poser des poteaux. Il n’y a pas l’accotement nécessaire jusqu’à Pierrefitte-en-Beauvaisis et il faudrait traverser le bois pour relier la commune à Saint-Germain-la-Poterie ».

L’Agglomération se veut rassurante. « On n’est pas dans une situation de blocage total, assure Olivier Taboureux, vice-président. Nous sommes à la recherche de solutions et les négociations se poursuivent avec SFR. Nous avons eu le feu vert pour creuser une tranchée de 60 cm pour installer la fibre. Là où la pose de poteaux est impossible, j’espère que nous arriverons à convaincre SFR de lancer cette opération. Nous ferons tout pour éviter le contentieux ».

Certains foyers du Beauvaisis risquent quand même de devoir faire preuve de patience. « Lorsque j’ai acheté ma maison, on m’avait dit que la fibre serait dans le village en 2019, raconte Brigitte, une habitante de Savignies. J’ai vu des techniciens installer un câble dans la rue mais j’attends encore la fibre. Je travaille souvent à domicile et ce n’est pas toujours facile avec l’ADSL ».

Lire la Source : http://www.leparisien.fr/oise-60/sous-terre-ou-dans-l-air-la-fibre-optique-finira-par-passer-dans-le-beauvaisis-29-01-2020-8247924.php

Test de Débit Free, Vendredi 31 janvier 2020, 02h15


Test de Débit Free

Contrôle de fin de mois de Janvier 2020. Rien à dire d’autre que tout est nominal, conforme au contrat.

Contrôle de débit Free : https://freebox-news.com/tutoriel/test-debit-free

Berre l'Étang – Petite promenade


Nous avions prévu une petite promenade digestive… La météo, qui ne se trompe pas beaucoup 4 fois par jour, avait prévu un beau soleil dans un ciel bleu sans nuage. On peut remarquer les photos, remarquer les vestes… Bon, avec notre ami Marius, nous tenterons un autre jour… Sans écouter la météo qui doit être en grève, de donner de bonnes prévisions…

Stats, 92e Pays visiteur la Barbade


92e Pays visiteur la Barbade
92e Pays visiteur la Barbade

Nous souhaitons la Bienvenue au 92e Pays visiteur la Barbade. Nous vous souhaitons de bonnes visites, lectures, interventions. Ce Blog est dès aujourd’hui, un peu le votre.

We welcome the 92nd country visiting Barbados. We wish you good visits, readings, interventions. This Blog is today, a little bit yours.

Coronavirus, 7.700 cas, 170 morts


20minutes.fr – Coronavirus : Plus de 7.700 cas de contamination au total et 170 morts en Chine. CHINE : Le gouvernement chinois a annoncé jeudi plus de 1.700 nouveaux cas de contamination dans le pays.

Par 20 Minutes avec AFP – Publié le 30/01/20 à 03h54 — Mis à jour le 30/01/20 à 03h56

Une petite fille au bord de la rivière Yangtze à Wuhan, le 29 janvier 2020. — Arek Rataj/AP/SIPA

Le bilan des morts liées au nouveau coronavirus est monté à 170 en Chine, avec plus de 1.700 nouveaux cas de contamination enregistrés dans le pays, a annoncé jeudi le gouvernement chinois.

Parmi les nouveaux décès constatés, 37 l’ont été dans la région du Hubei, dont la capitale est la ville de Wuhan, épicentre de l’épidémie, et le 38e dans la province de Sichuan (sud-ouest du pays). Il y a eu également 1.032 nouveaux cas d’infection dans le Hubei, et quelque 700 ailleurs en Chine, ont précisé les autorités sanitaires. Un premier cas a été enregistré au Tibet, a-t-on précisé.

Plus de 99 % des cas recensés en Chine : Le bilan des contaminations s’élève à environ 7.700 cas, soit davantage que le nombre – 5.327 – des malades du Syndrome respiratoire aigu sévère (Sras). Ce coronavirus avait fait en 2002-2003 un total de 774 morts, dont 349 sur le territoire chinois. Plus d’une soixantaine de cas d’infection ont été répertoriés dans d’autres pays, soit moins d’1 % du nombre mondial.

« Le monde entier doit être en alerte, le monde entier doit agir », a déclaré mercredi de Genève Michael Ryan, le directeur des programmes d’urgence de l’OMS, qui tiendra jeudi une nouvelle réunion d’urgence. Celle-ci sera consacrée à « la question de savoir si l’épidémie actuelle constitue une urgence de santé publique de portée internationale », a expliqué le directeur général de cette organisation, Tedros Adhanom Ghebreyesus, à son retour de Pékin.

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/monde/2706779-20200130-coronavirus-plus-7700-cas-contamination-170-morts-chine

Windows 10, nouvelle Mise à jour


Microsoft, Windows 10 Version 1909, nouvelle Mise à jour intempestive, Ce jeudi 30 janvier 2020 à 04h50, une nouvelle Mise à jour intempestive est venue s’imposer à mon plan de travail. Même avec un débit de Fibre optique de 900-400, cela prit un certain temps, dans tous les cas ce n’était pas prévu.

J’entends rire, se gausser, tous les propriétaires d’Apple Mac…

Je croyais que nous ne serions plus embêtés…

Nous avons été abusés : nous sommes abusés, trompés…

Est-ce une maladie de Microsoft ? Une habitude, un vice ?

Qui peut dire ?

Qu’en pensez-vous ?

Brexit, un Britannique refusé


msn.com – Actualité – Brexit : un Britannique résidant en France depuis 27 ans se voit refuser sa naturalisation, une pétition lancée.

Par Alexandra Jaegy -29 JAN 2020 – 13:00

Son dossier étant ajourné, Mark Lawrence, résidant en France depuis 27 ans, devra attendre deux ans avant de formuler une nouvelle demande.

À l’approche du Brexit, Mark Lawrence, Britannique vivant en France depuis 27 ans, a demandé la nationalité française qui lui a été rejetée deux fois en 2019, relate la BBC ce mercredi.

Âgé de 48 ans, ce menuisier vit avec sa compagne et ses enfants à Plazac, en Dordogne. Ses 4 enfants, dont 3 sont nés d’un précédent mariage, sont tous nés en France et ont la nationalité française.

Pas assez de ressources financières : En avril 2019, l’homme dépose une demande de naturalisation auprès de la préfecture de Bordeaux avant de passer des tests de langue et de culture générale obligatoires dans le cadre de la démarche. Après analyse du dossier, les autorités ont rejeté sa demande. Raison invoquée : ses ressources économiques ne seraient pas suffisantes.

« Nous avons vérifié si le demandeur répondait aux critères économiques, c’est-à-dire s’il avait un salaire ou des moyens d’être économiquement autonome sans avoir besoin d’aides sociales », a expliqué Thierry Suquet, préfet de Bordeaux, interrogé par France 3.

Le quadragénaire a fait appel et a reçu une nouvelle réponse négative. La maire de Plazac Florence Gauthier s’est dite surprise par cette décision, soulignant que Mark Lawrence était très intégré.

« Cela m’a beaucoup surprise », a-t-elle déclaré au micro de France 3.

Au conseil municipal de sa commune : Ce menuisier indépendant parle couramment le français, n’a jamais bénéficié d’aides publiques en France et siège au conseil municipal de Plazac, où il participe à plusieurs projets sociaux.

« La suite n’est pas vraiment claire », « Honnêtement, je pensais qu’il n’y aurait aucun problème avec ma naturalisation car je vis ici depuis si longtemps », a déploré Mark Lawrence, interrogé par la BBC.

Une pétition pour défendre sa naturalisation, adressée au ministère de l’Intérieur, a déjà réuni plus de 33.000 signatures en un mois. Son dossier étant ajourné, Mark Lawrence devra attendre deux ans avant de formuler une nouvelle demande.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/brexit-un-britannique-résidant-en-france-depuis-27-ans-se-voit-refuser-sa-naturalisation-une-pétition-lancée/ar-BBZr0tt?MSCC=1580308144&ocid=spartanntp

Bordeaux, 700 kg de cocaïne saisis


20minutes.fr – Justice – Bordeaux : Trois personnes mises en examen après une saisie de 700 kg de cocaïne.

JUSTICE Le 24 janvier, 660 pains de cocaïne ont été découverts dans un container expédié du Brésil à destination d’une entreprise de menuiserie située à Montussan, en Gironde.

Par E.P. – Publié le 29/01/20 à 13h17 — Mis à jour le 29/01/20 à 13h20

Illustration de trafic de cocaïne. — Martin Mejia/AP/SIPA

Trois personnes originaires de la région lyonnaise, déjà connues de la justice, ont été mises en examen pour importation en bande organisée de stupéfiants, trafic de stupéfiants, association de malfaiteurs, recel de vol et détention d’armes de catégories A et B après l’importante saisie de cocaïne le 24 janvier dernier en Gironde.

Deux ont été placées en détention provisoire et la troisième a sollicité un débat différé et a fait l’objet d’une incarcération provisoire, selon les informations communiquées ce mercredi par le parquet de la juridiction interrégionale spécialisée dans la lutte contre la criminalité organisée. La peine encourue au titre de l’importation en bande organisée de stupéfiants est de trente ans de réclusion criminelle.

De la cocaïne dissimulée dans une palette : Le vendredi 24 janvier, l’office antistupéfiants (OFAST) a été informé de la présence possible de cocaïne dans un container expédié du Brésil à destination d’une entreprise de menuiserie située à Montussan dans la région bordelaise, à l’insu de la société qui avait commandé du bois exotique. Dépêchée sur place, la police a découvert 660 pains de cocaïne soigneusement dissimulés dans une palette de planches de bois, pour un poids total de plus de 700 kg.

L’entrepôt a été surveillé par la police qui a pu interpeller les trois individus, venus récupérer la précieuse cargaison, dans la nuit de vendredi à samedi. La suite de l’enquête a permis de saisir une voiture volée, des armes (trois pistolets automatiques et deux fusils d’assaut) un gyrophare et trois gilets pare-balles.

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/justice/2706227-20200129-bordeaux-trois-personnes-mises-examen-apres-saisie-700-kg-cocaine

Chine, Coronavirus, Pandémie


Nouveau virus en Chine : ce que l’on sait. Monde – Virus : l’épidémie touche les grandes villes de Chine, la transmission entre humains confirmée.

AFP, publié le mercredi 29 janvier 2020 à 08h14

Le Japon et les Etats-Unis ont évacué mercredi de Chine plusieurs centaines de leurs ressortissants bloqués à Wuhan, épicentre de l’épidémie de pneumonie virale qui a déjà fait dans le pays plus de malades que le Sras il y a près de vingt ans.

Vingt-six décès supplémentaires dus au nouveau coronavirus ont été enregistrés depuis la veille, ont indiqué mercredi les autorités sanitaires nationales, faisant état au total de 132 morts et 5.974 cas confirmés de contamination en Chine continentale.

Un chiffre qui dépasse désormais le nombre d’infections enregistré lors de l’épidémie de Sras (Syndrome respiratoire aigu sévère) en 2002-2003, un précédent coronavirus qui avait contaminé dans le pays 5.327 personnes. Le Sras avait fait 774 morts dans le monde, dont 349 en Chine continentale.

Si l’essentiel des contaminations par le nouveau virus a eu lieu en Chine, une quinzaine de pays sont également touchés. Signe alarmant, le Japon et l’Allemagne ont fait état mardi de transmissions entre humains survenues sur leur sol.

Dans le même temps, le Japon et les Etats-Unis ont été mercredi les premiers pays à engager le rapatriement d’une partie de leurs ressortissants, piégés dans la métropole de Wuhan (centre), où est apparu en décembre le nouveau coronavirus.

– Cordon sanitaire –

Cette ville et la quasi-totalité de la province du Hubei sont coupées du monde depuis le 23 janvier par les autorités dans l’espoir d’endiguer l’épidémie. Ce cordon sanitaire concerne 56 millions d’habitants et quelques milliers d’étrangers.

Parti de Wuhan, un avion japonais transportant quelque 200 ressortissants nippons s’est posé en début de matinée à Tokyo. « Je suis vraiment soulagé », a déclaré à sa sortie l’un des rapatriés, Takeo Aoyama, salarié de l’entreprise sidérurgique Nippon Steel.

« Nous ne pouvions plus circuler librement et n’étions que partiellement informés (…) Le nombre de malades a commencé à s’envoler rapidement à un certain point, c’était effrayant », a-t-il expliqué.

Les autorités japonaises ne prévoient pas de placer en quarantaine les rapatriés, leur demandant juste de ne pas quitter leur résidence pendant deux semaines.

Les Etats-Unis ont également annoncé qu’un avion envoyé pour évacuer le personnel de leur consulat de Wuhan, ainsi que d’autres ressortissants américains, avait décollé mercredi avec environ 200 personnes à bord.

Paris, pour sa part, a indiqué qu’un avion devrait atterrir jeudi à Wuhan afin de ramener les premiers rapatriés français « probablement vendredi ». Ces personnes seront soumises à une quarantaine de 14 jours à leur retour, selon la ministre de la Santé Agnès Buzyn.

Selon la Commission européenne, un deuxième avion français décollera « plus tard dans la semaine ». Au total, les deux appareils permettront de rapatrier au moins 350 Européens, dont 250 Français.

– Un « démon » : La Corée du Sud prépare sa propre opération de rapatriement, tandis que d’autres pays disent réfléchir eux aussi à une évacuation, comme le Canada ou l’Australie –qui envisage de placer ses ressortissants en quarantaine sur l’Île Christmas, dans l’océan Indien.

L’épidémie continue de s’étendre hors de Chine : quatre cas supplémentaires d’infection par le virus 2019-nCoV ont été annoncés mardi en Bavière (sud-ouest de l’Allemagne), où a été identifiée la première transmission directe du virus sur le sol européen.

Les autorités françaises avaient auparavant fait état d’un quatrième malade du nouveau coronavirus, un touriste chinois âgé originaire du Hubei, et qui se trouvait dans un « état clinique sévère » dans un hôpital parisien.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a annoncé mardi l’envoi « dès que possible » en Chine d’experts internationaux afin de mettre en commun les connaissances sur le virus et d’apporter une « réponse mondiale ».

« L’épidémie est un démon. Nous ne permettrons pas au démon de se cacher », a assuré le président Xi Jinping en recevant à Pékin le directeur de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Quelques heures plus tard, les Etats-Unis ont cependant appelé la Chine à « plus de coopération et de transparence ». En 2002, le régime chinois avait été accusé d’avoir dissimulé l’apparition du Sras.

–  Vols suspendus : Les chercheurs des Instituts nationaux de santé américains (NIH) ont  lancé les recherches pour un vaccin contre le nouveau coronavirus, un travail qui prendra plusieurs mois, tandis que des scientifiques de l’Institut Doherty de Melbourne, en Australie, ont annoncé être parvenus à répliquer en laboratoire le coronavirus, une étape considérée cruciale.

En attendant, soucieuse d’endiguer l’épidémie, la Chine a recommandé à ses citoyens de « reporter » leurs voyages « sans nécessité » hors de ses frontières, après avoir déjà suspendu les voyages en groupe, tandis qu’à l’étranger, de nombreux pays ou territoires renforcent les mesures de précaution.

Hong Kong a annoncé réduire de moitié les vols en provenance de Chine continentale, tout en fermant six des 14 points de passage frontaliers, et plusieurs Etats –Allemagne, Etats-Unis, Royaume-Uni– déconseillent tout voyage en Chine.

La compagnie aérienne américaine United Airlines a annoncé mardi réduire nettement sa desserte de la Chine en raison de l’effondrement du nombre de passagers, une mesure imitée par Air Canada.

Alors que la crise laisse redouter un impact pour l’économie mondiale, le géant américain de l’électronique Apple a reconnu des incertitudes sur ses chaînes de production en Chine, la réouverture des usines ayant été repoussée au 10 février. Le pays reste en outre un marché crucial pour la marque à la pomme.

Lire la Source : https://actu.orange.fr/monde/chine-l-epidemie-depasse-l-ampleur-du-sras-premieres-evacuations-CNT000001ndsoH/photos/un-panneau-diffuse-des-informations-sur-le-nouveau-coronavirus-dans-l-aeroport-de-berlin-tegel-le-28-janvier-2020-a1199791674eb1a5c86e85f45aa97f4a.html

5G, Santé, Dangers, Inquiétudes


lci.fr – High-tech – La 5G met-elle notre santé en danger ? – HAUT DÉBIT – Dans un rapport préliminaire publié lundi, l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) déplore le manque d’études scientifiques sur les risques sanitaires liés à l’exposition aux futures fréquences d’ondes électromagnétiques de la 5G. Celle-ci doit être déployée dans les prochains mois en France, mais les inquiétudes demeurent.

Par Melinda DAVAN-SOULAS – 28 janvier 2020 à 11:13 –

Antennes relais

La 5G est lancée en France. Tout du moins les discussions et la procédure d’attribution des fréquences pour le réseau mobile auprès des opérateurs : ceux-ci doivent désormais préparer leurs offres pour acquérir aux enchères les bandes qui serviront ensuite aux utilisateurs. Mais quels sont les risques pour la santé des populations ?

Dans un rapport préliminaire publié ce lundi, l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) note un manque de données scientifiques, voire une absence d’informations, sur les effets de l’exposition à certaines fréquences d’ondes électromagnétiques de la future 5G. Celle-ci s’annonce avec des promesses de débits encore plus rapides que ceux de la 4G actuelle. Elle pourra également transmettre de plus grandes quantités de données et faciliter le développement de nouvelles technologies comme la voiture autonome, la télémédecine, la smart city, le jeu vidéo, la maison ou l’usine connectées.

Autant de possibilités qui s’accompagnent, dans les esprits, d’encore plus d’ondes dans notre environnement et, potentiellement, de risques supplémentaires pour notre santé. « Ces évolutions technologiques vont modifier les modalités d’exposition de la population, et nécessiteront d’adapter les méthodes de mesure et d’évaluation », explique l’Anses, qui a demandé à des spécialistes en biologie, toxicologie, épidémiologie et biophysique de se pencher sur le sujet pour formaliser son rapport. Celui-ci sera remis au premier trimestre 2021.

Y aura-t-il davantage de bandes de fréquences ? : Oui car mettre en place la 5G ne signifie pas que les fréquences utilisées pour la 2G, 3G ou 4G disparaîtront pour autant. Ce sont en fait de nouvelles bandes de fréquences qui vont être ajoutées à la liste. Deux ont d’ores et déjà été identifiées : la bande 3,5 GHz (3,4 – 3,8 GHz) pour la couverture de téléphonie mobile 5G ; la bande 26 GHz (24,25 – 27,5 GHz) pour la communication entre objets connectés dans une même zone géographique de proximité.

Y a-t-il des risques avec ces ondes électromagnétiques ? : Rien n’est prouvé. L’ANSES s’inquiète du manque de données scientifiques sur les effets « biologiques et sanitaires potentiels » que représente une exposition aux ondes électromagnétiques. Si les études sont rares et les retours d’expérience quasi inexistants, des rapports sur l’exposition à différents niveaux d’ondes ont permis d’établir des valeurs limites d’exposition pour toutes les fréquences. Mais il faut savoir que, dans nos maisons, des appareils comme un téléviseur, une ampoule, une machine à café ou même des lignes électriques placées juste devant émettent des ondes radios qui sont parfois plus élevées que celles des antennes-relais. Tant que tout reste en-deçà du seuil fixé par l’OMS, il n’y a donc normalement pas de crainte à avoir.

S’appuyant sur des études menées entre 2009 et 2016 pour des fréquences situées entre 8,3 kHz et 6 GHz, dont la future bande fréquence de la 5G mobile, l’Anses entend « extrapoler » les résultats d’expertises antérieures pour se faire une première idée. Chaque pays est responsable des limites fixées.

Fin 2017, les scientifiques d’une trentaine de pays ont demandé un moratoire sur le déploiement de la 5G afin d’obtenir les résultats des premières études. Mais celles-ci prennent du temps et les autorités n’ont pas l’intention de ralentir la mise en place de la 5G. Des ONG ont également déposé des recours en justice pour faire annuler l’appel à candidatures lancé en décembre pour l’attribution des fréquences.

Toutes les fréquences 5G présentent-elles le même risque ? : Les études citées plus haut ont noté que la fréquence 6 GHz était la limite à partir de laquelle les tissus de la peau commençaient à s’échauffer. Avec une bande de 3,5 GHz pour la future 5G mobile, on se rapproche de l’exposition à des fréquences basses comme celle des communications Wifi. « Toutefois, la spécificité des signaux 5G (modulation, puissance) pourrait influencer les niveaux d’exposition », prévient l’Anses. Quant aux fréquences autour de 26 GHz, les études sont plus documentées, mais pas pour autant adaptées à la future situation. Les bandes de fréquence autour des 3,5 GHz peuvent présenter des risques pour les organes tandis que celles à 26 GHz ne pénètrent pas la peau et restent en surface.

Quelles sont les peurs courantes ? : Encore plus d’ondes électromagnétiques pour notre corps ! C’est le laïus souvent entendu qui inquiète les Français, la 5G s’accompagnant de l’installation de nouvelles antennes dans notre environnement. En 2011, l’Organisation mondiale de la santé avait classé les rayonnements électromagnétiques parmi les cancérigènes possibles. Les ondes sont suspectées de causer des troubles, tant physiques que psychologiques. Un effet sanitaire qui n’a pas encore été mesuré, faute d’études sur le déploiement de la 5G. Les premières implantations dans le monde sont encore rares et trop récentes pour juger des premières conséquences pour les populations.

Et pour les enfants ? : Olivier Merckel, chef de l’unité Agents physiques, nouvelles technologies et grands aménagements à l’Anses, s’est penché sur la question de l’exposition des enfants aux ondes. « Si la 5G a des effets biologiques propres, ce ne sera sans doute pas sur le cerveau, mais bien plutôt sur des tissus de surface : la peau, l’œil ou le tympan », explique-t-il dans son rapport publié fin décembre. Il est difficile, comme pour le reste, de se faire une idée précise par « manque d’études concluantes sur les risques », mais il demande que la question reste « ouverte ».

Plus d’antennes et plus de risques ? : Les différents opérateurs ont entamé des phases de test dans plusieurs villes pilotes, mais avant tout pour tester les infrastructures. Pour vérifier l’exposition du public aux ondes, l’Agence Nationale des Fréquences (ANFR) a mis en place, fin 2018, des mesures de test pour la bande 3,5 GHz. Mais l’ANFR, comme l’Anses, regrette le manque d’informations fournies par les opérateurs sur l’impact sanitaire, notamment sur le type d’antennes qui seront utilisées ou encore leur puissance. On sait simplement que cela va nécessiter l’installation de dizaines de milliers d’antennes, plus petites que les actuels pylônes, et l’adaptation des plus anciennes.

Selon les opérateurs, les niveaux seront limités dans l’espace par rapport à la 4G actuelle. Un utilisateur sera de fait soumis à plus de puissance et de débit via son smartphone. Mais la durée d’exposition sera moindre car les quantités seront transmises plus rapidement.

N’y a-t-il que des risques liés aux ondes de la 5G ? : L’Anses va lancer en parallèle d’autres études sur des impacts potentiellement inattendus liés à cette technologie : des effets physiologiques (troubles musculosquelettiques liés à une moindre activité physique), cognitifs et développementaux sur l’apprentissage des enfants, psychosociaux (relations aux autres).

Lire la Source : https://www.lci.fr/high-tech/la-5g-et-ses-ondes-mettent-elles-notre-sante-en-danger-2143893.html

Grève nationale, Toulouse, actions


actu.fr – Occitanie – Toulouse – Grève du 29 janvier : voici les actions prévues à Toulouse pour la journée de manifestation. Mercredi 29 janvier 2020 sera une nouvelle journée de mobilisation contre la réforme des retraites. Bus, manifestation… : à quoi faut-il s’attendre à Toulouse pour la journée ?

Par Benoit Leroy – Publié le 28 Jan 20 à 18:22

Selon la CGT, 95 000 personnes ont manifesté vendredi 24 janvier 2020, 5 000 selon la préfecture (ici, le 5 décembre) (©Archives / G.L. / Actu Toulouse)

Mercredi 29 janvier 2020, Toulouse sera une nouvelle fois un lieu de manifestation contre la réforme des retraites. Il s’agit de la 8e journée depuis le 5 décembre 2019 et la première manifestation contre le projet du gouvernement.

Le choix de cette date correspond à l’ouverture de la conférence de financement de la réforme. La réunion doit, à terme, déboucher sur une solution pour financer le coût de la réforme au gouvernement.

Une manifestation sur les boulevards : Sauf changement de dernière minute, les manifestants devraient marcher sur les boulevards. Après un départ près de la Place Saint-Cyprien, ils iront vers Compans-Caffarelli, puis Jeanne d’Arc, Jean Jaurès et enfin François Verdier. Un itinéraire confirmé par la préfecture.

Le cortège doit partir dès 10 h de Saint-Cyprien et devrait arriver à la fin de sa manifestation aux alentours de 13 heures.

Le trajet de la manifestation reste inchangé par rapport à la semaine dernière, vendredi 24 janvier 2020. (©Google Maps)

Syndicats, gilets jaunes et avocats dans la rue : Plusieurs syndicats ont d’ores et déjà appelé à la manifestation, notamment l’intersyndicale. Les fédérations départementales de la CGT, FO, FSU, Solidaires pour les salariés et FIDL, MNL, UNEF et UNL pour les lycéens et étudiants seront dans le cortège.

Les avocats continuent également à battre le pavé. En effet, ils seront une nouvelle fois présent dans le cortège. Ils réclament toujours la préservation de leur régime autonome et « solidaire » avec le régime général, comme ils l’expliquent.

Le Capitole interdit aux gilets jaunes : Sur Facebook, un appel à se rassembler et à manifester au départ de la station de métro Capitole. Comme la semaine dernière, la place du Capitole sera interdite aux gilets jaunes qui manifesteront dans l’après-midi. Le préfet de Haute-Garonne a, en effet, pris un arrêté en ce sens.

Compte-tenu que des événements graves ont été commis à l’encontre des forces de l’ordre ou d’autres manifestants, de dégradations de biens publics ou privés ou d’incendies volontaires. (Mais également) du durcissement de l’attitude des manifestants qui ont systématiquement cherché l’affrontement violent avec les forces de l’ordre présentes. Le préfet a décidé d’interdire toute manifestation (…) entre 13 et 19 heures sur la place du Capitole.

La préfecture rappelle également que les contrevenants s’exposent à une « amende de 4e classe, soit 135 € d’amende ».

Interdictions de port d’armes, de carburant, d’explosifs… : janvier, l’achat et la vente (et le transport) de carburants en jerrican est interdit. Même chose pour les armes de chasse ou tout objet pouvant en constituer une. Enfin, le transport et l’utilisation (entre autres) de tous produits dangereux ou explosif est interdit sauf raison professionnelle.

Le réseau de bus Tisséo perturbé : Côté transports, pour les Toulousains des perturbations sont à prévoir, avertit Tisséo.

En raison d’une manifestation au centre-ville (…) la Navette Aéroport ainsi que les lignes L1, L7, L8, L9, 13, 14, 15, 23, 29, 39, 44, 45, 63, 66 et 70 sont déviées.

Également, la Navette Centre-Ville et la ligne 31 seront suspendues au moins pour la matinée, et ce, respectivement, dès 9 heures ou 9 h 30.

Pour autant, Tisséo assure que « les déviations mises en place facilitent les correspondances avec les lignes A et B du métro ».

Une action d’occupation prévue : Toujours lors de la manifestation, une action d’occupation serait prévue. Pour autant, le lieu n’est pas encore connu.

Le 10 janvier 2020, des manifestants CGT et gilets jaunes avaient occupé le siège régional du groupe d’assurance AXA. La semaine suivante, le 18 janvier, ce sont les vœux de Jean-Luc Moudenc aux personnes qui avaient été perturbés.

Peu de perturbation sur les rails et dans les écoles : Contactée par Actu Toulouse, la SNCF prévoit une circulation quasi-normale, « le trafic sera très peu perturbé sur toute la région ». L’aéroport de Blagnac, estime de son côté que « des retards sont à prévoir sur certains vols ». Aucun vol n’a, ce mardi soir, été annulé en raison de la grève.

À noter que pour les écoles, aucune réelle perturbation n’est attendue par la mairie. En effet, le service d’accueil minimum n’a pas été activé par la ville de Toulouse.

Lire la Source : https://actu.fr/occitanie/toulouse_31555/greve-29-janvier-actions-prevues-toulouse-nouvelle-journee-manifestation_31066922.html

NETFLIX, Sans publicité


20minutes.fr – High-tech – Netflix se refuse toujours à laisser la publicité investir ses contenus. NETFLIX : Malgré la pression des investisseurs, le patron de Netflix, Reed Hastings, a de nouveau affirmé que la plateforme de streaming n’accueillerait pas de publicité.

Par Jennifer Mertens pour 20 Minutes – Publié le 28/01/20 à 19h08 — Mis à jour le 28/01/20 à 19h08

Le nombre d’abonnés de Netflix augmente dans le monde entier. — Christophe Ena/AP/SIPA

Avec l’arrivée de nouveaux acteurs de taille sur le marché du streaming, Netflix pourrait être tenté de se tourner vers la publicité pour multiplier rapidement ses revenus. Une rumeur qui revient régulièrement. Fort heureusement, il n’en est toujours pas question pour le patron du service de streaming, Reed Hastings.

Le patron de Netflix est revenu sur le sujet lors de la communication des résultats de l’entreprise pour le 4e trimestre de 2019. Des résultats qui se sont révélés positifs pour Netflix avec un chiffre d’affaires en hausse, + 31 % sur un an, soit 5,47 milliards de dollars et 587 millions de dollars de bénéfice net. Son nombre d’utilisateurs a également augmenté.

La publicité, une solution ? : Pour beaucoup, l’intégration de la publicité serait une solution simple et facile pour Netflix d’engranger de l’argent. Un avis que ne partage pas le patron du service : « il n’y a pas d’argent facile à se faire » avec la publicité. Selon Reed Hastings, cela serait d’ailleurs peine perdue face à des géants tels que Google, Facebook ou Amazon, qui se taillent la part du lion. Pour le patron de Netflix, « Google, Facebook et Amazon sont extrêmement puissants pour la publicité en ligne parce qu’ils intègrent tant de données provenant de nombreuses sources. Cela un coût commercial, mais cela rend aussi la publicité plus ciblée et plus efficace. Je pense donc que ces trois acteurs vont s’approprier la majeure partie du marché de la publicité en ligne ».

Reed Hastings souligne que Netflix repose sur « un modèle commercial beaucoup plus simple, juste axé sur le streaming et le plaisir du client ». Le patron a également souligné qu’il s’opposait formellement à la collecte de données personnelles de ses utilisateurs. « Je ne veux pas exploiter nos utilisateurs », a-t-il confié, ajoutant : « nous ne collectons rien ».

Une affirmation qui est vraie, vis-à-vis du ciblage de publicité – puisqu’il n’y en a pas sur la plateforme –, mais dans les faits, Netflix collecte bien des données sur le comportement de ses utilisateurs. De plus, les algorithmes de Netflix analysent les contenus que ses utilisateurs consomment afin de leur proposer des séries et films adaptés à leurs goûts.

L’été dernier, la plateforme de streaming s’était déjà montrée très claire concernant l’introduction de publicité au sein de Netflix, indiquant aux actionnaires : « quand vous lisez des spéculations selon lesquelles nous nous dirigeons vers la vente de publicité, soyez sûrs que c’est faux. Nous pensons que nous aurons une activité avec davantage de valeur à long terme en évitant la concurrence pour les recettes publicitaires et en nous focalisant entièrement sur la concurrence pour la satisfaction des spectateurs ».

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/high-tech/2705347-20200128-netflix-la-publicite-ne-fera-pas-son-apparition

France, Marignane, Restauration, Snack Tino


France, Marignane, Restauration, Snack Tino

Ce mardi 28 janvier 2020 à midi, nous étions en courses sur Marignane et Vitrolles.

Pour trouver, c’est facile, bien renseigné dans Google Maps : 3 mots clés « Snack Tino Marignane ».

Géolocalisation Google Maps

Pour le déjeuner du midi, nous avions opté pour Le Snack Tino, à l’entrée à Droite du Complexe sportif et Centre Culturel du Comité d’Entreprise d’AIRBUS.

Assiette de Charcuteries

Ce lieu de restauration est très accueillant, c’est sanitairement très propre.

Mon choix Foie de Veau persillé

Sont proposées plusieurs formules. Celle qui aura retenu notre attention est la Formule à 15 Euros.

Celui de madame Onglet grillé Frites

Entrée, plat du jour, Dessert, Vin et Café.

Mousse au Chocolat au lait

Si par hasard, le plat du jour, ne vous convenait pas, il vous sera proposé un autre plat à choisir entre 5 ou 6.

Expresso

Le service est rapide et très aimable.

Pour réserver :

Snack Tino

Rue Jean-Louis Calderon, 13700 Marignane

04 42 15 04 33

Lien Internet :

Lien Internet : https://www.google.fr/maps/place/Snack+Tino/@43.4107473,5.2390756,17z/data=!3m1!4b1!4m5!3m4!1s0x12c9e88e1507e9e3:0x97847e58232abdfc!8m2!3d43.4107473!4d5.2412643?hl=fr

France, FAI, FREE, pas de souci


France, FAI, FREE, pas de souci.

Permettez-moi de vous raconter l’expérience de ce mardi 28 janvier 2020 à 08h35.

En consultant mes comptes bancaires je me suis rendu compte, que le montant du loyer de la FREEBOX Révolution (- 44,99 €) était toujours prélevé sur l’ancienne banque. J’avais fait une demande en ligne, sur le Portail FREEBOX afin de changer de banque, j’ai édité le SIPA, rempli je l’ai expédié par la poste le matin même.

Ce mardi matin, je me suis rendu sur le Portail de ma FREEBOX, j’ai contacté le service administratif par visio-conférence. Je n’entendais pas mon correspondant, comme lui me voyait, je lui ai fait un signe, « montrant mes écouteurs ». Mon correspondant, un jeune dynamique, me fit signe qu’il avait compris.

Dans les secondes qui suivirent je recevais un appel sur mon mobile. Je reconnu instantanément l’interlocuteur que j’avais déjà eu au téléphone.

En quelques secondes il consulta mon compte et me fournit la réponse que j’attendais : tout était en ordre. Je pris la libéralité de lui présenter, rapidement, mes bons vœux qu’il me retourna dans l’instant. J’ai constaté qu’il était content : autant que je l’étais.

Cet échange pris moins de 3 minutes.

Je comprends pourquoi j’ai choisi FREE : j’en suis satisfait, j’y reste car j’ai tout compris !

Email reçu à 08h42…

Nouveau coronavirus, 2019-nCov


lemonde.fr – Ce que l’on sait du nouveau coronavirus, le 2019-nCov. Ce nouveau virus d’origine animale, qui a déjà causé au moins 106 décès en Chine, semble être moins mortel que son lointain cousin du SRAS, mais potentiellement plus contagieux.

Par Gary Dagorn – Publié aujourd’hui à 03h37

Désinfection d’une salle d’attente de la gare de Nanjing, dans la province de Jiangsu en Chine, le 27 janvier. STRINGER / REUTERS

L’épidémie du 2019-nCov (pour nouveau coronavirus 2019) qui a éclaté en Chine depuis la mi-décembre, et a déjà causé au moins 106 morts, est entrée dans une « phase plus grave et plus complexe », selon Ma Xiaowei, le ministre chinois de la santé. Le point sur ce que l’on sait désormais de ce nouveau coronavirus, le septième à être désormais transmissible entre êtres humains.

D’où est parti le virus et où en est-il ? : La présence de ce nouveau virus, le 2019-nCov, a pour la première fois été détectée à Wuhan, la sixième ville chinoise (11 millions d’habitants) située dans la province de Hubei, dans l’est du pays.

Les premiers patients ont été hospitalisés le 16 décembre, mais les autorités chinoises n’ont informé l’Organisation mondiale de la santé (OMS) que le 31 décembre. Le lien semble avoir été fait par les autorités chinoises avec un grand marché de la ville, le Huanan Seafood Wholesale Market, où sont vendus quotidiennement et illégalement de nombreuses chairs animales fraîches (une liste de produits mentionne les viandes de rat, de renard, de serpent ou de chameau, entre autres). Le marché a été fermé par les autorités le 1er janvier.

On estime aujourd’hui qu’il s’agit très probablement d’un virus d’origine animale, mais sa provenance est encore débattue. Des chercheurs de l’institut Pasteur de Shanghai estiment qu’il aurait un ancêtre présent chez les chauves-souris, le coronavirus HK9-1 découvert en 2011 en Chine, tandis qu’une équipe chinoise a indiqué que le 2019-nCov serait une recombinaison entre un coronavirus de chauve-souris et un coronavirus de serpent.

Quoi qu’il en soit, le virus s’est largement propagé au-delà du marché de Huanan, et avait infecté plus de 2 800 personnes, lundi 27 janvier, dont une quarantaine à l’étranger dans treize pays différents, provoquant 106 morts. La France a confirmé la présence de trois cas : deux touristes chinois originaires de Wuhan et un Français d’origine chinoise passé lui aussi par la même ville.

Quelle est sa dangerosité ? : Le taux de mortalité du virus approche pour l’instant de 3 %, loin des 9,6 % du coronavirus du syndrome respiratoire aigu sévère (SARS-Cov) qui a tué 774 personnes en 2003.

Le virus actuel est donc « moins puissant » et moins virulent que son cousin de 2003, selon Gao Fu, responsable du Centre chinois de contrôle et prévention des maladies. Ainsi, toutes les personnes décédées en Chine après leur infection par le 2019-nCov sont relativement âgées (de 48 à 89 ans) et souffraient de problèmes de santé préexistants.

Une photographie du 2019-nCov prise par microscope électronique transmise par les autorités chinoises. Deux des exemplaires du virus sont visibles au centre, sous la tache sombre. IVDC, CHINA CDC VIA GISAID / via REUTERS

Le 2019-nCov est en revanche plus contagieux que ce que les premières données indiquaient début janvier ; « la capacité de propagation du virus s’est renforcée », a ainsi expliqué Ma Xiaowei, directeur de la Commission nationale de la Santé (CNS). La contagiosité du virus (ou taux de reproduction de base) est estimée entre 1,4 et 2,5, ce qui signifie qu’en moyenne, chaque personne malade va infecter entre 1,4 et 2,5 nouvelles personnes. Pour comparaison, le virus du SRAS avait une contagiosité estimée entre 2 et 5.

La période d’incubation, c’est-à-dire le délai entre l’infection et l’apparition des symptômes, n’est pas précisément connue mais varierait de 6 à 14 jours, pendant lesquels l’hôte du virus reste contagieux.

Quelles villes ont été confinées ? Est-ce efficace ? : Treize villes de la province de Hubei ont été mises en quarantaine par les autorités chinoises : Wuhan, la grande ville où semble avoir débuté l’épidémie (11 millions d’habitants), mais aussi Huanggang (7 millions) et Ezhou (un million). Tous les moyens de transports sortant de ces villes ont été annulés : vols, trains, ferries, autoroutes et bus… La plupart des transports en commun ont aussi été annulés pour réduire la mobilité des habitants et leur exposition les uns aux autres.

Le cordon sanitaire mis en place par les autorités chinoises est sans précédent dans l’histoire, selon de nombreux experts, autant par la quantité de population isolée (56 millions de personnes) que par l’ampleur des mesures prises.

Une vue aérienne de Wuhan prise le 27 janvier, en pleine épidémie de pneumonie causée par un nouveau coronavirus, le 2019-nCov. HECTOR RETAMAL / AFP

Mais l’efficacité de la mesure fait débat dans la communauté scientifique, qui craint qu’elle n’intervienne trop tard. En effet, le virus a une période d’incubation relativement longue : les symptômes ne se manifestent qu’après de 6 à 14 jours. De nombreuses personnes infectées pourraient donc avoir voyagé en dehors de la province et propagé le virus, sans présenter de symptômes, avant même la mise en place du cordon sanitaire géant.

Pourquoi l’OMS n’a pas décrété l’urgence « internationale » ? : L’OMS, émanation des Nations unies, a la possibilité, pour des situations graves, de déclarer une « urgence de santé publique de portée internationale » (ou USPPI). Pour cela, il faut que la situation sanitaire soit grave, soudaine et inattendue, qu’elle touche plusieurs pays et qu’elle exige une « action internationale immédiate », selon l’OMS.

Une telle initiative a été utilisée cinq fois depuis sa création en 2005 (notamment pour la grippe aviaire en 2009, Ebola en 2014 et 2018 et le virus Zika en 2016), à la suite justement de la mauvaise gestion de l’épidémie de SRAS en Chine en 2003, où les autorités ont attendu trois mois avant d’informer l’OMS.

Dans le cas de l’épidémie en cours, l’OMS a estimé jeudi 23 janvier qu’il était encore trop tôt pour déclarer une telle urgence. « Ne vous trompez pas : ceci est une situation d’urgence en Chine. Mais ça n’est pas encore devenu une urgence mondiale », a indiqué Tedros Adhanom, le directeur général de l’agence. De fait, sur les 2 786 infections recensées jusque-là, 2 744 sont localisées en Chine, soit 98,5 %, et aucune infection n’a été recensée en dehors de Chine (en clair, toutes les personnes ont été infectées en Chine).

« Déclarer une USPPI est une étape majeure pour une épidémie », a ainsi indiqué le professeur Didier Houssin, président du Comité d’urgence du RSI (le règlement sanitaire international). Mais « la perception de cette déclaration par la communauté internationale et les conséquences de celle-ci en Chine doivent être aussi prises en compte », a-t-il poursuivi, lors d’une conférence de presse.

L’OMS a cela dit corrigé lundi 27 janvier son évaluation de la menace liée au virus apparu en Chine, la qualifiant d’« élevée » à l’international et non plus de « modérée », admettant avoir fait une « erreur de formulation » dans ses précédents rapports.

Lire la Source : https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/01/28/ce-que-l-on-sait-du-nouveau-coronavirus-le-2019-ncov_6027450_4355770.html

Internet des objets, Microénergie


cnrs.fr – La microénergie pour l’internet des objets.

Par Alexiane Agullo : presse@cnrs.fr

Les technologies de l’information et de la communication (TIC) consomment aujourd’hui près de 10 à15 % de la production électrique mondiale, majoritairement issue de ressources fossiles comme le charbon et le gaz. Le développement toujours plus massif de l’internet des objets, capables de faire des calculs, de recevoir et/ou transmettre des informations et de plus en plus nomades, pose donc la question de leur alimentation en énergie. La journée « Microénergie pour l’internet des objets », organisée par le CNRS à Paris, se propose de faire le tour de la question avec des spécialistes du domaine.

Lundi 3 février 2020

De 9h00 à 17h00

Auditorium du siège du CNRS

3 rue Michel-Ange – 75016 Paris

(M° 9 ou 10, station Michel-Ange Auteuil)

La miniaturisation des sources d’énergies renouvelables ainsi que les dispositifs de stockage associés (micro-batteries, micro-supercondensateurs) sont devenues des points clefs du développement des objets connectés. La journée « Microénergie pour l’internet des objets » permettra de faire le tour des technologies et solutions aujourd’hui disponibles pour cette thématique en plein essor. Compacité, intégration, efficacité énergétique et éco-compatibilité seront aux cœurs des présentations.

Pour en savoir plus : https://microenergie.sciencesconf.org/ 

Inscriptions avant le 31 janvier 2020 auprès de :

Alexiane Agullo : presse@cnrs.fr / 01 44 96 51 51

Attention ! En raison du plan Vigipirate, une pièce d’identité vous sera demandée à l’entrée : CNI, passeport ou permis de conduire. Les cartes de presse ne seront pas acceptées.

Lire la Source : http://www.cnrs.fr/fr/la-microenergie-pour-linternet-des-objets

Amazon, 300 employés critiquent


20minutes.fr – Plus de 300 employés critiquent publiquement Amazon en signe de défiance. REBELLION : Ils reprochent à l’entreprise américaine sa politique environnementale mais aussi la mise à disposition de ses capacités en intelligence artificielle pour des entreprises du secteur pétrolier.

Par 20 Minutes avec AFP – Publié le 27/01/20 à 11h57 — Mis à jour le 27/01/20 à 18h36

Le logo d’Amazon à Palo Alto, en Californie (illustration). — Yichuan Cao/Sipa USA/SIPA

Plus de 300 employés d’Amazon ont signé de leur nom dimanche des critiques contre le géant américain de la distribution en ligne, notamment sa politique environnementale, en guise de défiance du règlement intérieur qui suppose une autorisation préalable de la hiérarchie.

La publication de ces témoignages sur le site Medium a été organisée par le groupe Amazon Employees for Climate Justice (AECJ), qui pousse l’entreprise à aller plus loin dans son plan de mitigation annoncé à grand renfort de publicité en septembre. Les membres du groupe ont critiqué l’entreprise publiquement et plusieurs d’entre eux se sont vu rappeler à l’ordre par la direction, au risque d’un licenciement.

« Protester contre le règlement » : « Cette action a été menée pour protester contre le règlement récemment rafraîchi qui interdit aux employés de s’exprimer publiquement sur les activités de l’entreprise sans autorisation préalable », souligne un communiqué de AECJ.

« En tant qu’employés d’Amazon nous sommes responsables non seulement pour le succès de l’entreprise mais aussi de son impact. C’est notre responsabilité morale de parler haut et fort et les changements dans le règlement nous empêchent d’exercer cette responsabilité », écrit ainsi Sarah Tracy, ingénieur informatique chez Amazon.

Il est commun que les entreprises exigent – comme Amazon – un devoir de réserve de leurs employés quand il s’agit de discuter publiquement de leurs activités et plus encore de les remettre ouvertement en cause. Amazon comptait près de 650.000 employés permanents à la fin 2018, selon le rapport annuel de la société.

Si l’environnement est l’objet de nombreuses critiques postées dimanche, Amazon se voit aussi reprocher d’autres activités comme la mise à disposition de ses capacités en intelligence artificielle pour des entreprises du secteur pétrolier.

Empreinte carbone : Amazon est souvent critiqué pour son empreinte carbone en raison de la consommation d’énergie de ses immenses fermes de serveurs pour ses activités très lucratives dans le « cloud » (l’informatique dématérialisée).

Et bien sûr l’entreprise a bâti son succès sur un énorme réseau logistique de transport routier pour assurer des livraisons de plus en plus rapides, ce qui génère beaucoup de gaz à effet de serre, les principaux coupables du changement climatique.

Le 19 septembre, Jeff Bezos, fondateur de l’entreprise et accessoirement l’homme le plus riche du monde, a pris des engagements publiquement en matière d’environnement promettant notamment qu’Amazon atteindra la neutralité carbone en 2040. C’est insuffisant selon l’AECJ, qui réclame d’y arriver dès 2030.

Mark Hiew, directeur marketing chez Amazon, juge que « ce n’est pas le moment de réduire des gens au silence. Nous avons besoin de règles qui encouragent un discours plus ouvert, plus de solutions et une action plus déterminée et concertée sur le changement climatique et ses causes ».

Amazon n’a pas répondu à une demande de réaction de l’AFP, mais un article du Washington Post (propriété de Jeff Bezos et qui se fait beaucoup l’écho de l’AECJ) cite un porte-parole, Drew Herdener, qui explique qu’Amazon encourage les employés à s’exprimer mais en interne, par le biais de différentes plateformes à leur disposition.

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/economie/2704583-20200127-plus-300-employes-critiquent-publiquement-amazon-signe-defiance

Bretagne, Rennes, CHU, Crise, 50 médecins démissionnent


20minutes.fr – Bretagne – Hospitalier – Rennes : Une cinquantaine de médecins du CHU démissionnent de leurs fonctions administratives. SANTÉ : Le personnel hospitalier se plaint depuis plusieurs mois d’un manque de moyens.

Par C.A. avec AFP Twitter – Publié le 27/01/20 à 17h34 — Mis à jour le 27/01/20 à 17h34

Les promesses ne suffisent pas. Deux mois après les annonces de la ministre de la Santé Agnès Buzyn, une cinquantaine de médecins et de chefs de service du CHU de Rennes ont démissionné de leurs fonctions administratives « pour défendre le service public hospitalier ».

Selon le docteur Hervé Léna, démissionnaire, les médecins protestent notamment contre « la tarification à l’activité, qui est un goulet d’étranglement absolument phénoménal, la diminution des financements global de la santé, et des missions qui n’arrêtent pas d’augmenter sans qu’il n’y ait des ressources en regard ». Ce pneumologue est très critique vis-à-vis de « l’effort financier » promis par son ministère fin novembre. Selon lui, cette enveloppe évaluée à 1,5 milliard d’euros concerne surtout « des soignants en Ile-de-France ou en gériatrie, alors que les difficultés touchent l’ensemble du monde hospitalier ».

Cette cinquantaine de médecins représenterait 5 à 10 % des effectifs d’encadrement de l’hôpital rennais. Une nouvelle journée de grève est annoncée le 14 février par le monde hospitalier. Le 14 novembre, plusieurs milliers d’hospitaliers avaient défilé partout en France, lors d’une grève suivie par plus d’un médecin hospitalier sur quatre et plus d’un personnel paramédical sur dix.

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/rennes/2704823-20200127-rennes-cinquantaine-medecins-chu-demissionnent-fonctions-administratives

Coronavirus, + de 40.000 monde


ouest-france.fr – Santé – Virus – Coronavirus – Coronavirus chinois. Plus de 40.000 cas dans le monde, estiment des chercheurs. Sur la base de modèles mathématiques, des scientifiques de l’Université de Hong Kong estiment que le virus né à Wuhan, en Chine, affecte plus de 40.000 personnes.

Par Ouest-France avec AFP – Publié le 27/01/2020 à 11h47

Des personnes portent des masques de protection dans un centre commercial de Bangkok, en Thaïlande, lundi 27 janvier. | RUNGROJ YONGRIT / EPA/MAXPPP

Les autorités sous-estiment-elles le nombre de personnes touchées par le coronavirus, qui a officiellement fait 81 morts en Chine ? Selon des scientifiques de l’Université de Hong Kong (HKU), la propagation du virus s’accélère.

Au total, 2.744 cas ont officiellement été confirmés dans ce pays, dont celui d’un bébé de neuf mois, alors que le nombre de cas suspects a doublé en l’espace de 24 heures, à près de 6.000.

Nous devons nous préparer au fait que cette épidémie particulière devienne une épidémie mondiale, a déclaré Gabriel Leung, le chef de cette équipe de chercheurs de la HKU. Des mesures importantes et draconiennes pour limiter les mouvements de population doivent être prises, le plus tôt possible.

Une estimation qui inclut la période d’incubation : Ma Xiaowei, patron de la Commission nationale de la Santé (CNS) qui a rang de ministère en Chine, a indiqué dimanche que le nouveau virus avait une période d’incubation pouvant aller jusqu’à deux semaines et que la contagion était possible durant la période d’incubation, c’est-à-dire avant même l’apparition des symptômes.

Sur la foi de modèles mathématiques de la propagation du virus, l’équipe de Gabriel Leung a avancé que le nombre réel d’infections était largement supérieur au bilan des autorités, qui ne prend en compte que les cas formellement identifiés.

Le nombre de cas confirmés présentant des symptômes devait être de l’ordre de 25-26.000 le jour du Nouvel an chinois, samedi 25 janvier, a estimé Gabriel Leung, ce lundi, lors d’une conférence de presse à Hong Kong, en s’appuyant sur des courbes théoriques.

En incluant les personnes qui en sont à la période d’incubation, et qui ne présentent pas encore de symptômes, le chiffre approchait les 44 000 à la date de samedi, a-t-il évalué.

Un pic en avril et mai ? : Il a ajouté que le nombre d’infections pourrait doubler tous les six jours, pour atteindre un pic en avril et mai dans les zones déjà confrontées à une épidémie, tout en reconnaissant que des mesures efficaces de santé publique pourraient diminuer le rythme de contagion.

L’épicentre de la maladie demeure Wuhan et la province du Hubei. Mais des cas ont aussi été trouvés dans les grandes villes du pays, comme Pékin, Shanghai, Shenzhen ou Canton.

Nous nous attendons à voir dans ces autres mégapoles des foyers d’épidémie durables, a-t-il avancé.

Ces villes étant toutes des nœuds régionaux et internationaux pour le transport, il est très probable que le virus se propage plus loin à partir de ces nouveaux foyers, a-t-il dit.

Le confinement pourrait ne pas être suffisant : Le virus a d’ores et déjà été détecté dans une dizaine de pays, jusqu’en Amérique du Nord et en Europe, au travers de personnes qui arrivaient de Wuhan.

Dans le but de contenir le virus, le gouvernement chinois a élargi samedi le cordon sanitaire autour de Wuhan, qui englobe désormais près de 20 villes, avec pour conséquence d’isoler une population de 56 millions de personnes.

Gabriel Leung a jugé que ce confinement était absolument correct tout en observant que ces mesures pourraient ne pas être suffisantes pour modifier le cours de l’épidémie dans les autres mégapoles.

L’équipe de la faculté de médecine de la HKU est un des centres collaborateurs de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour le contrôle des maladies infectieuses.

Lire la Source : https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus-chinois-plus-de-40-000-cas-dans-le-monde-estiment-des-chercheurs-6708824

France Var Fréjus Séisme au large


20minutes.fr – Planète – Var : Un séisme enregistré au large de Fréjus. TREMBLEMENT DE TERRE : Un léger séisme a été enregistré au large de Fréjus dans le Var dans la nuit de dimanche à lundi 27 janvier 2020.

Par M.Cei. – Publié le 27/01/20 à 10h38 — Mis à jour le 27/01/20 à 10h38

Lors d’un séisme. (Illustration) — HARTMANN CHRISTIAN/SIPA

Selon une information de Var-Matin, la terre a tremblé dans la nuit de dimanche à lundi au large de Fréjus dans le département du Var. Ce séisme, enregistré à 129 kilomètres au sud de la commune varoise, a été enregistré à une magnitude de 3,7 sur l’échelle de Richter.

Le phénomène n’a fait aucun blessé ni quelconque dégât. Pour rappel, deux secousses de faible magnitude avaient été enregistrées dans le Var en novembre dernier, l’une au large de Bandol et de Saint-Mandrier, l’autre tout près de Fayence et Draguignan.

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/planete/2704483-20200127-var-seisme-enregistre-large-frejus

USA, Voter par Smartphone


20minutes.fr – High-tech – Etats-Unis : Des citoyens vont pouvoir voter avec leur smartphone pour une élection locale. DÉMOCRATIE : Les spécialistes de la cybersécurité du pays jugent ce mode de scrutin « stupide ».

Par 20 Minutes avec agence – Publié le 25/01/20 à 10h55 – Mis à jour le 25/01/20 à 10h55

Un smartphone (illustration). — Pixabay / niekverlaan

Le vote citoyen par smartphone devient une réalité. Les électeurs américains du district de Seattle et de ses environs, dans l’Etat de Washington, vont pouvoir utiliser leur téléphoner pour voter lors d’une prochaine élection locale, rapporte la NPR relayée par Presse-Citron.

Cette élection est habituellement boudée : on compte en général 1 % de votants parmi les habitants de Seattle et des 30 autres villes du district. Les organisateurs pensent que le vote par smartphone peut changer la donne. C’est « la réforme la plus fondamentalement transformatrice » imaginable en démocratie, indique le PDG de l’organisation qui supervise le projet. « Cela finira par changer la façon dont les politiciens se comporteront une fois élus ».

« Une idée vraiment stupide » : Pour participer au vote, il faut se connecter sur un site dédié grâce à son nom et sa date de naissance. Après avoir voté, on signe sur l’écran tactile, et le « bulletin » est ensuite imprimé pour que soient comparées la signature numérique et celle apposée sur les documents papiers. Les électeurs auront jusqu’au 11 février, jour du scrutin, pour participer au vote.

Cette innovation est loin de faire l’unanimité chez les spécialistes de la sécurité informatique. « Il existe un consensus au sein de la communauté de la cybersécurité selon lequel le vote sur un smartphone est une idée vraiment stupide », indique Duncan Buell, professeur d’informatique à l’Université de Caroline du Sud à NPR. Cette élection fera figure de test pour de nombreux Etats dans le monde.

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/high-tech/2702719-20200125-etats-unis-citoyens-vont-pouvoir-voter-smartphone-election-locale

Écologie, Chine : Déchets records


France, Écologie, Chine : Déchets records – Il y a 5 ou 6 semaines, se promenant dans un « Super U » de la région de Marignane dans les Bouches du Rhône, j’ai repéré ce parapluie automatique au prix de vente dans les 8 à 9 euros.

J’ai été tenté de remplacer un parapluie publicitaire qui m’avait été offert par l’Inspecteur Commercial de la « MACIF » en 1995, soit il y a 20 ans. Ce parapluie offert par la « MACIF » fonctionne et sert toujours, 20 ans après, il m’aura servi de très nombreuses fois en 20 ans.

Ce dimanche le parapluie « Made in China » a rendu l’âme, s’il était doté d’une âme, dans tous les cas pas l’âme de la solidité.

Je m’en suis servi 4 ou 5 fois.

Quelle est la situation ?

  • Un parapluie offert par la MACIF, qui sert toujours 20 ans après.
  • Un parapluie acheté 8.99 € qui aura servi 5 fois en 6 semaines.

Ne cherchons pas l’empreinte Carbone de ce parapluie Hyper U : un déchet qui ira à la déchetterie rejoindre tous ses copains venus de Chine.

Question : Ne devrions-nous pas trier tous les déchets chinois et les renvoyer en Chine en port dû ? Que les bateaux chinois ne repartent pas à vide…

Par Bernard TRITZ

Bretagne, 1 lot de saucissons retiré


20minutes.fr – Bretagne : Un lot de saucissons retiré en raison d’une suspicion d’éléments métalliques. CONSOMMATION : Les produits de la marque André Loussouarn ont été commercialisés dans le Finistère, les Côtes-d’Armor et l’Ille-et-Vilaine.
Par J.G. avec AFP Twitter – Publié le 26/01/20 à 10h37 — Mis à jour le 26/01/20 à 10h37

Illustration de charcuterie. — Daniel ROLAND / AFP

En raison de la présence possible de « corps étrangers métalliques », une société de charcuterie du Finistère vient de procéder au rappel d’un lot de saucissons commercialisé depuis le 17 janvier, a-t-elle annoncé vendredi soir. Ces produits, vendus sous la marque André Loussouarn, ont été mis en vente dans trois départements bretons, le Finistère, les Côtes-d’Armor et l’Ille-et-Vilaine.

Le produit suspect est du saucisson cuit fumé, vendu en barquettes de 10 tranches au rayon libre-service ou en pièces de 1kg et 300g au rayon à la coupe. Pour le saucisson en tranches, la date limite de consommation est comprise entre le 15 et le 18 février 2020.

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/societe/2703703-20200126-bretagne-lot-saucissons-retire-raison-suspicion-elements-metalliques

Coronavirus, France, organisation


20minutes.fr – Coronavirus : Comment la France s’organise-t-elle pour éviter une propagation de l’épidémie ? VIRUS : Isoler les malades et repérer leurs proches pour « circonscrire l’incendie » permettrait, selon les autorités sanitaires, d’éviter la propagation du virus.

Par V. R. B. avec AFP – Publié le 25/01/20 à 21h38 — Mis à jour le 26/01/20 à 03h25


Un patient infecté par le coronavirus a été admis au CHU de Bordeaux le 24 janvier 2020. — AFP
  • – Depuis un mois, le coronavirus apparu en Chine a fait 56 morts et contaminé près de 2.000 personnes, selon le dernier bilan livré par les autorités chinoises.
  • – En Chine, plusieurs villes dont Wuhan font l’objet d’un gigantesque cordon sanitaire qui concerne 56 millions de personnes, pour éviter que le virus se propage.
  • – En France, trois cas ont été confirmés, les premiers en Europe.

Éviter une pandémie. Après la confirmation de trois cas positifs au coronavirus chinois en France, les premiers en Europe, les autorités sanitaires doivent prendre le virus de vitesse pour éviter qu’une épidémie se propage, comme on « circonscrit un incendie ». Ce samedi, 20 Minutes fait le point sur la situation.

Que sait-on sur ces trois cas ? : Il s’agit de deux patients hospitalisés à Paris, à l’hôpital Bichat, et d’un à Bordeaux, au CHU Pellegrin. Ils font l’objet de mesures d’isolement pour éviter la contagion, et « vont très bien », a déclaré ce samedi soir le directeur général de la Santé, Jerôme Salomon. « Nous sommes tout à fait rassurés sur leur évolution », a-t-il souligné.

Celui qui est hospitalisé à Bordeaux a 48 ans. Il est revenu le 22 janvier en France après « quelques jours » en Chine où il est « passé par Wuhan », la ville d’où est partie l’épidémie, a indiqué vendredi soir la ministre de la Santé Agnès Buzyn. Ce Français d’origine chinoise travaille « dans le milieu du vin » et « était amené à faire des allers-retours avec la Chine », a précisé samedi le maire de Bordeaux, Nicolas Florian.

Les patients hospitalisés à Paris sont un homme âgé de 31 ans et une femme âgée de 30 ans, selon le professeur Yazdan Yazdanpanah, chef du service maladies infectieuses à Bichat. Ce couple « originaire de Wuhan » était arrivé le 18 janvier en France pour un voyage.

Comment éviter que le virus se propage ? : « Il faut traiter une épidémie comme on traite un incendie », c’est-à-dire la « circonscrire le plus vite possible », a expliqué Agnès Buzyn. Pour cela, les autorités sanitaires mènent une enquête épidémiologique pour repérer les gens qui ont été en contact avec les trois patients à partir du moment où ceux-ci ont présenté des symptômes (en partant de l’hypothèse qu’ils n’étaient pas contagieux auparavant).

« On liste les différents types de contacts qu’ils ont pu avoir et on mène une analyse de risques », explique Daniel Lévy-Bruhl, de l’agence sanitaire Santé publique France. Les critères de risques sont « soit des contacts très proches (contact à moins d’un mètre en face-à-face, situations de contact intime, le fait de vivre dans la même maisonnée…), soit des contacts moins proches mais prolongés », ajoute-t-il.

Pour les personnes considérées à risques, un suivi est alors instauré : elles doivent prendre leur température deux fois par jour et appeler quotidiennement les autorités de santé locales. Lorsque le risque est jugé élevé, on conseille à ces personnes de rester chez elles pour limiter une éventuelle transmission du virus. But de ces mesures, selon le Dr Lévy-Bruhl : « Détecter le plus précocement possible la survenue de signes qui pourraient témoigner d’une infection ».

La grippe va-t-elle brouiller les pistes ? : L’une des difficultés auxquelles les autorités sanitaires risquent de se heurter vient de « la coexistence avec une épidémie grippale en plein pic en Europe comme en Chine », a expliqué le numéro 2 du ministère, le directeur général de la Santé Jérôme Salomon, avant même la confirmation des trois cas positifs.

Les symptômes de la grippe sont proches de ceux provoqués par le coronavirus, « ce qui entrave les possibilités de repérage », selon le Pr Salomon.

Que faire si on pense être infecté ? : Les autorités sanitaires le martèlent : si on pense être infecté par le coronavirus, il ne faut pas aller chez son médecin traitant ni aux urgences, pour éviter toute potentielle contamination, mais rester chez soi et appeler le 15 (Samu) « en faisant état des symptômes et du séjour récent en Chine ». Au-delà des risques de contamination, un afflux aux urgences de patients paniqués serait compliqué à gérer dans un secteur déjà surchargé et en plein conflit social.

Il faut « arrêter l’hystérie collective », a dit Patrick Pelloux, président de l’association des urgentistes de France (Amuf). « Nous avons des gens qui nous appellent parce qu’ils ont croisé quelqu’un d’origine asiatique dans la rue qui se mouchait », a-t-il assuré. Une fois pris en charge après avoir appelé le 15, les patients susceptibles d’avoir été infectés par le coronavirus sont dirigés vers des hôpitaux dits « de référence ».

C’est ensuite le Centre national de référence de l’institut Pasteur à Paris qui vérifie si le patient est positif ou négatif, grâce à un test mis au point après le séquençage du virus par les Chinois. Ce test sera bientôt disponible en province pour accélérer le diagnostic. Il n’existe pas de médicament contre le coronavirus, et la prise en charge consiste à traiter les symptômes.

Quelles mesures pour les passagers venant de Chine ? : « Une équipe médicale d’accueil » de « plusieurs dizaines de personnes » sera mise en place dimanche à l’aéroport de Roissy, a annoncé samedi soir la direction générale de la Santé. Contrairement à d’autres pays, la France n’a pas mis en place de mesure de contrôle aux frontières des passagers venant de Chine, avec contrôle de leur température par caméra thermique.

« L’Organisation mondiale de la santé n’a pas souhaité déclarer une urgence de santé publique de portée internationale, donc il n’y a pas de recommandation particulière aujourd’hui destinée aux voyageurs », a déclaré la ministre de la Santé vendredi après le Conseil des ministres.

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/societe/2703419-20200125-coronavirus-comment-france-organise-eviter-propagation-epidemie

Stats, 90 et 91e Pays visiteur


90 et 91e Pays visiteur
90 et 91e Pays visiteur

Nous souhaitons la Bienvenue à nos 90 et 91e Pays visiteur. Bonnes visites, lectures, contributions sur ce Blog qui devient, ainsi, un peu le votre. À bientôt en ligne.

We welcome our 90 and 91st visiting countries. Good visits, readings, contributions on this Blog which becomes, thus, a little yours. See you online.

Приветстваме нашите 90 и 91-и посещаващи страни. Добри посещения, четения, принос в този блог, който по този начин става малко ваш. Ще се видим онлайн.

Χαιρετίζουμε τις 90 και 91 χώρες που επισκέπτονται την χώρα μας. Καλή επισκέψεις, αναγνώσεις, συνεισφορές σε αυτό το Blog που γίνεται, κατά συνέπεια, λίγο δική σας. Σας βλέπουμε στο διαδίκτυο.

90 ve 91. ülkemizi ağırlıyoruz. Bu blogda iyi ziyaretler, okumalar, katkılar, böylece biraz sizin olur. İnternette görüşmek üzere.

Facebook, Pourquoi ai-je fermé


Facebook – Pourquoi ai-je fermé ce compte ?

Bye bye…

Le doute : beaucoup trop de visites à Paris, au locataire du 55 Rue du Faubourg Saint-Honoré. Cela ne sent pas bon pour les usagers.

Et pas seulement : ils ont retiré de la publication d’un de mes articles, sous un prétexte fallacieux, car ce type d’article avait déjà été publié plusieurs dizaines de fois. On peut imaginer une forme de pression : pour que je prenne un abonnement « Premium » ?

Sans prévenir c’est ne pas respecter l’auteur que je suis.

Eh, bien c’est raté !

Mark Zuckerberg a plein d’idées, peut-être beaucoup trop. Il a des problèmes de vue, il est daltonien, il voit beaucoup de bleu, trop de bleu. Cela ne lui fera pas un bleu à l’âme.

Moi : j’ai vu rouge, un rouge incandescent.

Cela a pris moins de 2 minutes pour virer : face de bouc de mes écrans. Je peux vous garantir que je vais bien, que je suis de bonne humeur et toujours un joyeux luron. Un écolo-rigolo.

Géopolitique de la Smart City


lesechos.fr – Géopolitique de la smart city.

Par Julien DAMON – Chroniqueur – Professeur associé à Sciences po – Publié le 24 janv. 2020 à 17h05

Idée : La ville intelligente – smart city en français 2.0 – ne relève pas uniquement du débat savant sur le mirage urbain ou du propos mesuré sur les transformations des modes de vie. Le sujet, avec une récente note de l’Ifri, entre dans le champ géopolitique. Une belle étude sur le modèle chinois de smart city – ou de « ville sûre » (« safe city ») – souligne combien des ambitions et des trajectoires peuvent différer. D’un côté, la Chine développe et exporte ses technologies et son droit peu soucieux des libertés, pour des territoires bien surveillés et administrés. De l’autre, l’Occident veut optimiser ses métropoles et leurs aménités.

Intérêt : La compétition technologique et commerciale se conjugue ici à des visions du monde et de la ville qui divergent. L’habitant lambda des villes ne bénéficiera certainement pas de l’intégration harmonieuse de toutes les avancées numériques. Les tensions sino-américaines vont nourrir des systèmes d’exploitation bien distincts et peut-être à l’avenir encore davantage divergents. C’est même un « découplage technologique » entre deux modèles, avec deux infrastructures techniques et juridiques déconnectées, qui pourrait prévaloir. Le marché de la ville intelligente n’est pas vraiment le doux commerce…

Lire la Source : https://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/geopolitique-de-la-smart-city-1166074

Peur qu'ils n'aient pas peur…


20minutes.fr – Monde – Coronavirus – EN DIRECT : « Ça ne sert à rien d’avoir peur », disent Patrick Pelloux et le président du Samu après la révélation de trois cas en France… LIVE : Suivez tous les événements du samedi 25 janvier liés au coronavirus.
Par L. Gam. et R. G.-V. – Publié le 25/01/20 à 10h00 — Mis à jour le 25/01/20 à 12h50

Patrick Peloux et la ministre de la Santé, Agnès Buzyn. (archives) — LAMBERT-POOL/SIPA
  • L’ESSENTIEL :
  • . Apparu début décembre sur un marché de Wuhan, le coronavirus a déjà fait 41 morts, recensés ce samedi. Le nombre de cas de contamination confirmé atteint désormais 1.287, selon les autorités et sur ce total, 237 cas sont considérés comme « critiques ».
  • . Au terme d’une réunion de deux jours à son siège de Genève, l’Organisation mondiale de la santé a reconnu jeudi « l’urgence en Chine » mais a jugé qu’il était « trop tôt » pour parler « d’urgence de santé publique de portée internationale ».
  • . Les autorités chinoises ont néanmoins décidé de mettre en quarantaine la ville de Wuhan, et ses 11 millions d’habitants, qui semble être au centre de cette épidémie.

Lire la Source : https://actualite.20minutes.fr/monde/2703219-20200125-coronavirus-troisieme-cas-confirme-france-15-nouveaux-deces-chine#xtor=EREC-182-[actualite]

Coronavirus, Décès 1 médecin


boursorama.com – Bourse – Actualités – Coronavirus-Décès d’un médecin de l’hôpital de la province du Hubei.

Par REUTERS (Se Young Lee et Judy Hua ; version française Jean Terzian) Samedi 25/01/2020 à 03:23

Hubei UOT

PEKIN, 25 janvier (Reuters) – Un médecin de l’hôpital de la province chinoise du Hubei, où s’est déclaré le coronavirus le mois dernier, est décédé après avoir contracté le virus, a rapporté samedi la presse officielle chinoise.

Liang Wudong, qui était en première ligne lorsque l’épidémie s’est déclarée à Wuhan, ville du centre du pays, était âgé de 62 ans, précise sur Twitter la chaîne China Global Television.

Les autorités ont annoncé plus tôt que 41 personnes sont mortes en Chine depuis le début de l’épidémie et que 1.287 cas ont été répertoriés dans le pays, selon le dernier bilan en date d’hier vendredi 24 janvier 2020.

Lire la Source : https://www.boursorama.com/bourse/actualites/coronavirus-deces-d-un-medecin-de-l-hopital-de-la-province-du-hubei-cc009e129eb4bef86cd6e4096f8fbca1

France, Fibre optique, mobile, accentuer les efforts


degroupnews.com – Fibre optique, mobile : les opérateurs et l’État appelés à accentuer leurs efforts.

Par Yann Daoulas, Jeudi 23 janvier 2020 à 16:19

Les députés Eric Bothorel et Laure de la Raudière présentaient hier un nouveau rapport sur la couverture numérique du territoire.  Au menu : mobile, fibre et entreprises.

Eric Bothorel et Laure de la Raudière le 22 janvier devant la Commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale

Ils n’en sont pas à leur coup d’essai : deux ans après la publication d’un premier rapport sur la couverture numérique du territoire, Laure de la Raudière (Agir) et Eric Bothorel (LREM) remettent ça. Les deux députés se fendent d’un nouvel état des lieux de la disponibilité de l’Internet fixe et mobile en France. Et des efforts restant à accomplir pour permettre à tous les Français de bénéficier du Très Haut Débit fixe et d’un service de téléphonie mobile digne de ce nom.

Le rapport n’est pas encore publié, mais les deux parlementaires ont présenté hier sa synthèse devant la Commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale. Tout en constatant l’accélération des déploiements fixes et mobile survenue depuis leurs travaux de 2017, ces spécialistes du sujet au sein de l’Assemblée soulèvent plusieurs points de vigilance. Avec en vedette, trois préoccupations : la fibre en zone rurale, la lenteur de l’amélioration de la couverture mobile, et la trop faible concurrence sur la fibre pour les entreprises.

La fibre pour tous, oui mais quand ? : Les alertes et coups d’éclat des associations de collectivités n’y ont rien fait. Le gouvernement a refusé d’inscrire au Projet de loi de finances 2020 un coup de pouce supplémentaire pour apporter la fibre optique aux territoires encore sans financement à cette heure (2,7 millions de locaux sur 25 départements). Une intransigeance comptable mal perçue dans les territoires, et qui a interrogé jusque sur les bancs de la majorité.

Carte déploiement ARCEP

Les deux co-rapporteurs, dont un représentant de ladite majorité en la personne d’Éric Bothorel, en conviennent : l’effort de l’exécutif est insuffisant. « En zone d’initiative publique, il faut engager les fonds nécessaires pour accélérer les déploiements et rassurer les élus. L’Etat doit mobiliser davantage de moyens pour aider les collectivités engagées dans le déploiement des RIP », a ainsi résumé le député des Côtes-d’Armor. Les besoins supplémentaires sont estimés à 100 millions d’euros, et Laure de la Raudière lance déjà un « appels à l’ensemble des bancs, majorité comprise » pour que ce montant tombe dans l’escarcelle THD à l’occasion du PLF 2021.

Les deux députés proposent aussi un « véritable reporting du Plan France THD » pour permettre aux parlementaires d’y voir plus clair sur la consommation ou non des crédits et leur éventuel redéploiement. Et pas seulement une fois par an à l’occasion des PLF, ajoute Eric Bothorel. Le tout permettra peut-être de « comprendre comment ce mécanisme qui n’est pas habituel va pouvoir être mis en place », interrogation formulée hier par une autre députée de la majorité en pointe sur les sujets numériques, Christine Hennion.

Plus généralement, l’exécutif est – une nouvelle fois – appelé à prendre position sur son projet à moyen terme en matière d’Internet fixe. « L’objectif de la généralisation de la fibre en 2025 doit (..) être clarifié et assumé dans son contenu », estiment les auteurs du rapport. A l’unisson, là encore, des collectivités, ou encore récemment de l’Arcep. Ardents défenseurs du 100% fibre, les deux députés avaient déjà évoquée leur hantise dans leur rapport de 2017 : que les solutions de transition ne deviennent une « réalité pérenne » pour une partie des Français privés de la fibre optique. Depuis, force est de constater que l’horizon ne s’est pas éclairci…

En attendant 2025, les co-rapporteurs se penchent aussi sur le jalon du 100% THD en 2022 et des efforts à consentir pour atteindre cet objectif. Raison pour laquelle « un bilan des territoires » sans solution THD à cet horizon leur paraît « souhaitable ». Au passage, le cas des logements raccordables sur demande en zone AMII est également abordé, Orange et SFR se voyant invités à proposer des « offres de détail pour les locaux inéligibles à la fibre pour l’instant ».

Couverture mobile : encore un peu de patience : C’était l’un des grands axes de l’accord New Deal, qui vient de fêter ses deux ans : la généralisation de la 4G sur les sites mobiles existants. Sur ce point, les choses avancent, avec 5 100 sites convertis en 4G depuis lors, se félicitent les co-rapporteurs. Le bât blesse en revanche sur le dispositif de couverture ciblée, bâti en concertation avec les collectivités. Les opérateurs de téléphonie sont invités « à redoubler leurs efforts », en particulier en zone rurale, car les résultats sont jugés « insuffisants ». Les députés pointent notamment le « nombre très réduit des sites en fonctionnement » – 4 exactement selon les relevés de l’Arcep. Un constat relayé à l’envi par leurs collègues de la Commission, que Laure de la Raudière et Eric Bothorel se sont malgré tout employés à rassurer.

« Ce n’était pas terrible, c’est pas formidable, mais c’est nettement mieux qu’avant », a ainsi résumé ce dernier, rappelant que de nombreux projets devraient aboutir prochainement. Près de 500 sous six mois, si l’on en croit le suivi réalisé par le régulateur. D’autre part, le délai maximal de mise en place d’un site après identification officielle est de deux ans. Raison pour laquelle peu de ces sites demandés par les collectivités sont à ce jour sortis de terre, a fait remarquer Laure de la Raudière.

Le tout n’empêche pas les deux parlementaires de suggérer des pistes d’amélioration. Par exemple impliquer davantage encore les collectivités pour identifier les sites d’implantation de nouveaux pylônes. Ou, demande de longue date dans les territoires, une « meilleure visibilité sur les déploiements des opérateurs ». Les députés font également le forcing pour améliorer les cartes de couverture mobile, dont l’inexactitude hérisse leurs collègues et leurs administrés : passage du taux de fiabilité de 95 à 98%, intégration des données mesurées en crowdsourcing, indication des déploiements prévus avec date de mise en service.

Enfin, le duo de rapporteurs veut s’assurer que le déploiement à venir de la 5G ne débouche sur une nouvelle fracture territoriale. Une réforme de l’Ifer, c’est-à-dire de la taxation des stations radioélectriques, est préconisée afin de ne pas dissuader les opérateurs de déployer le réseau de 5e génération en zone rurale. Et si cette incitation n’est pas suffisante, la porte est également ouverte à la mise en place de futurs « RIP 5G »  : Laure de la Raudière et Éric Bothorel proposent ainsi de « définir dès aujourd’hui les modalités d’intervention des collectivités dans le financement de sites 5G en cas de carence de l’initiative privée ».

Marché entreprises : l’année ou jamais ? : Troisième grand volet du rapport présenté hier, le marché entreprises. Une problématique trop longtemps éludée par l’Assemblée nationale, a convenu Laure de la Raudière. Les parlementaires veulent prendre à bras le corps l’atonie concurrentielle du segment, verrouillé aussi bien sur la partie offres de gros que sur le marché de détail. Ils demandent ainsi à l’Arcep de faire de « la dynamisation du marché de gros sa priorité ». Ce en soutenant le modèle « wholesale only » d’un Kosc, approche « qui a fait les preuves de son efficacité ». Le régulateur est aussi invité à s’intéresser de plus près à la disponibilité et aux tarifs de certaines offres sur le marché de gros (notamment avec qualité de service renforcée), afin de permettre aux opérateurs de détail de rester compétitifs. Le manque de dynamisme du marché de la fibre noire longue distance est aussi souligné.

Enfin, toujours sur la partie entreprises, les problèmes de coordination entre Autorité de la concurrence et Arcep sont à nouveau pointés du doigt. Les auteurs du rapport recommandent ainsi une meilleure concertation entre les deux entités, pour éviter que ne se répète l’imbroglio Kosc. Lequel a déjà été examiné par les sénateurs, les conduisant à envisager une « proposition de loi obligeant les autorités à se coordonner dès que cela est utile au traitement du dossier ».

Concertation n’est pas raison, néanmoins. Comme nous le découvrions en début de semaine, l’Autorité de la concurrence n’a ainsi pas fait grand cas de l’avis du régulateur des télécoms dans un autre dossier, celui du rachat de SFR par Altice. Régulièrement remise en question ces derniers mois, la légitimité de l’Autorité de la concurrence sur ces dossiers télécoms aux vastes implications techniques et économiques reste au centre des débats. Une défiance qui ne risque pas de se dissiper quand celle-ci affirme, dans sa réponse à une saisine de l’Association des opérateurs alternatifs (AOTA) publiée ce jour, que « l’appréciation du caractère indispensable de la fibre pour la clientèle entreprise doit être fortement relativisée au vu de ses besoins réels »… [Mise à jour du 24/01 : l’Autorité de la concurrence a relevé à l’occasion de cette dernière instruction plusieurs « points d’attention » qui la conduisent à lancer une « enquête exploratoire » sur le marché entreprises].

Lire la Source : https://www.degroupnews.com/reseaux/fibre-optique-mobile-operateurs-etat-accentuer-efforts

France, Coronavirus, 3 confirmés


20minutes.fr – ACCUEIL – Coronavirus : Trois cas confirmés en France, 15 nouveaux décès en Chine. SANTÉ : Au total, 1.300 cas d’infection ont été recensés et le bilan s’élève désormais à 41 morts.

Par 20 Minutes avec AFP – Publié le 25/01/20 à 02h22 — Mis à jour le 25/01/20 à 02h22

Un patient infecté par le coronavirus a été admis au CHU de Bordeaux le 24 janvier 2020. — UGO AMEZ/SIPA

C’est une augmentation de 60 % du nombre d’infections et de décès en 24 heures. Le coronavirus qui s’est répandu en Chine a fait 15 morts supplémentaires, portant le total à 41 victimes, a annoncé la Commission nationale de santé dans un communiqué. Au moins 444 nouveaux cas de virus ont été découverts, portant le nombre total de personnes contaminées à 1.287, alors que trois cas ont été confirmés en France.

Trois cas confirmés en France : Trois cas du nouveau coronavirus chinois ont été « confirmés » en France, sur des patients hospitalisés à Paris et Bordeaux, ont annoncé vendredi soir les autorités sanitaires françaises, soulignant qu’il s’agissait des « premiers cas européens ». Les trois patients hospitalisés, dont deux au moins s’étaient rendus en Chine, ont été placés en isolement.

« Nous sommes en train de remonter l’histoire de ces patients positifs de façon à rentrer en contact avec les personnes qu’ils ont croisées », avait expliqué la ministre de la Santé Agnès Buzyn en annonçant les deux premiers cas lors d’un point presse, notant que la période d’incubation était probablement « autour de 7 jours, entre 2 et 12 jours ». Le troisième, « proche parent de l’un des cas, qui était en cours d’investigation, vient d’être confirmé », a indiqué le ministère plus tard dans la soirée.

« Nous avons aujourd’hui les premiers cas européens, probablement parce que nous avons mis au point le test très rapidement et que nous sommes capables de les identifier », a estimé la ministre. « Il faut traiter une épidémie comme on traite un incendie, très vite repérer la source » et le « circonscrire le plus vite possible » a-t-elle encore déclaré.

Les personnes en contact appelées à rester chez elle : Les personnes avec qui les patients positifs au coronavirus ont été en contact doivent ainsi « prendre leur température plusieurs fois par jour, contacter le centre 15 en cas de symptôme et rester chez eux pour l’instant pour éviter tout contact ultérieur qui favoriserait la propagation du virus », a insisté la ministre, appelant à ne pas se rendre aux urgences en cas de symptômes.

Le premier patient, âgé de 48 ans, est revenu le 22 janvier en France après « quelques jours » en Chine où il est notamment « passé par Wuhan », et a été hospitalisé jeudi à Bordeaux, a précisé la ministre. « Il va bien », a-t-elle assuré.

Le patient est pris en charge au CHU Pellegrin « dans une chambre isolée par des équipes médicales spécialisées dont la compétence en maladies infectieuses est internationalement reconnue », a fait savoir dans un communiqué à l’AFP le centre hospitalier, précisant qu’il « poursuit son fonctionnement normal » sans perturbation pour « l’accueil des patients ». « Les professionnels de santé » du service « suivent les protocoles de protection en vigueur en portant (…) gants, masque et vêtements adaptés », a-t-il souligné.

Confinement et port de masque : Le patient, un Bordelais originaire de Chine, qui s’était présenté jeudi à SOS-Médecins avec toux et fièvre, a été pris en charge selon un protocole d’« urgence absolue », avec confinement, port de masques et appel au 15 avant son transfert à l’hôpital, a relaté à l’AFP le porte-parole de SOS Médecins Bordeaux, Dr Karl Moliexe.

« Du fait de notre fonctionnement, sur rendez-vous, il a croisé peu de monde dans la salle d’attente, moins de 10 personnes et se tenait lui-même à l’écart. Le risque pour les autres patients est quasi-nul », a-t-il assuré. Selon le médecin, le patient en provenance du Wuhan se trouvait en France depuis « au maximum 24 heures » et avait transité par les Pays-Bas.

La ministre, qui a indiqué avoir eu l’information sur le second cas positif juste avant le point presse, n’a pas été en mesure de donner de détails sur le patient, indiquant toutefois qu’il était allé en Chine et qu’il était hospitalisé à l’hôpital Bichat à Paris. Elle a noté qu’il n’était pas possible de contrôler les « multiples voies » pour revenir de Chine : « on voit bien la difficulté dans un monde comme le nôtre de fermer les frontières, ça n’est en réalité pas possible ».

« Pour les voyageurs qui rentrent de Chine, il est important de se surveiller, et au moindre signe respiratoire ou si on a de la fièvre, il ne faut pas aller aux urgences, il faut appeler le centre 15 qui vient chercher le patient », a-t-elle insisté. La Chine a intensifié ses efforts pour contenir la propagation d’un nouveau virus tueur avec le confinement de plus de 40 millions de personnes.

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/sante/2703111-20200125-coronavirus-trois-cas-confirmes-france-15-nouveaux-deces-chine

Intégrateur domotique, métier incontournable


journaldunet.com – Intégrateur domotique, un métier incontournable pour la smart home.

Par Célia Garcia-Montero, JDN, Mis à jour le 23/01/20 18:52

La généralisation de la domotique dans la maison nécessite désormais la participation d’un intégrateur spécialisé. Dans l’ombre de la maison intelligente, l’intégrateur domotique est un métier qui a le vent en poupe. Car avec l’essor des assistants vocaux, le marché de la smart home est en pleine effervescence. Fin 2023, on devrait en effet compter plus de 300 millions de maisons connectées dans le monde, selon le cabinet Strategy Analytics. Habitués aux objets plug and play, les consommateurs ont pris l’habitude d’installer leurs appareils connectés eux-mêmes. Mais avec l’accroissement des possibilités offertes, l’accumulation des objets connectés peut vite devenir un casse-tête. Et c’est pour prendre en charge ces questions, de plus en plus en amont de la conception des bâtiments, que le métier d’intégrateur domotique a émergé ces dernières années.

Le métier commence tout juste à se structurer. « Quelques formations ont vu le jour (BTS Fluides énergies domotique, licence pro domotique, etc. ndlr) mais la plupart des profils avec qui nous travaillons proviennent de reconversions », observe Benoit Guennec, président de Connected Object, fabriquant du hub domotique eedomus qui travaille avec des dizaines d’intégrateurs. Le nom de ce métier n’est pas le même partout : « On peut parler d’intégrateur numérique, mais aussi de coach numérique ou de concierge numérique. Le principe reste de coordonner les objets connectés de la maison pour en assurer le bon fonctionnement », souligne Pierre-Nicolas Cléré, directeur de Connecting Technology et intégrateur domotique lui-même.

Le quotidien de ce nouveau métier se décompose en trois phases. La première, en amont du projet, où les architectes ou réseaux d’artisans font appel à lui pour un projet. « Une fois contacté pour un projet, nous échangeons avec le client pour connaître les interactions à faire entre les objets. Cette étape est importante, il faut s’informer sur l’usage que l’habitant fait de sa maison pour apporter du conseil et définir le niveau de technologie. Il est nécessaire de rester simple pour que l’utilisateur s’y retrouve », explique Pierre-Nicolas Cléré, directeur de Connecting Technology. A l’issue de cette étude préliminaire, l’intégrateur fournit ses plans à l’architecte pour qu’ils soient exploités lors de la construction par différents corps de métier. Son tarif : entre 5 000 et 50 000 euros selon la complexité et la multitude de périphériques.

Un expert réseau : L’intégrateur domotique mène ensuite des tests d’appareillage. « Il faut veiller à ce que les objets fonctionnent bien ensemble. Cela suppose de vérifier si un objet communique avec tel protocole, que les fonctionnalités voulues sont bien supportées par le périphérique et qu’il n’y ait pas de dysfonctionnement dans la remontée de notification », note Thibaud Dufour, ingénieur de développement systèmes embarqués pour le bureau d’étude expert dans l’IoT, Rtone. Pour lui, les compétences réseaux sont essentielles. « Il faut aussi veiller à ne rien oublier, car l’ajout d’un câble lors de l’installation ne coûte que quelques centimes, mais une fois le projet fini, casser un mur peut coûter des milliers d’euros », ajoute Marie-Laetitia Poidatz, fondatrice de Ker-Tech.

Au quotidien, le plus grand challenge des intégrateurs domotiques est d’échanger avec les différents corps de métier mobilisés. « Il faut pouvoir leur parler d’égal à égal en maîtrisant leur vocabulaire pour ne pas ralentir le chantier. Ainsi, quand on échange avec un électricien, il faut une compréhension des courants forts et faibles. De même, quand on échange avec l’installateur de climatisation, il faut savoir à quoi fait référence le double flux », détaille Pierre-Nicolas Cléré. La diversité des produits et des protocoles demande également un lourd travail de veille. « Nous suivons la bataille entre le compteur d’électricité, les box domotiques comme Enki ou encore les assistants vocaux des Gafa pour devenir le lieu de centralisation des données », complète Thibaud Dufour, chez Rtone. « Il faut être référent sur les offres mais de nouveaux appareils sortent en permanence et il est impossible de tous les connaître », reconnaît Marie-Laetitia Poidatz, qui s’inquiète aussi des questions de sécurité. « Ce sujet prend de l’importance car, en cas de faille, à qui en revient la responsabilité ? », s’interroge-t-elle. « C’est toutefois un métier passionnant qui mêle théorie pour la conception avec le concret du terrain dans l’installation et qui mériterait d’attirer davantage de candidats », conclut-elle.

Lire la Source : https://www.journaldunet.com/ebusiness/internet-mobile/1487874-integrateur-domotique-un-metier-incontournable-pour-la-maison-connectee/

SFR, Prix à la Hausse !


lesnumeriques.com – Fibre optique : SFR va revoir ses prix de gros à la hausse.

Par Mathieu Chartier (Twitter @chartier_mat@chartier_mat) – Publié le 23/01/20 à 18h40.

SFR joue l’inflation avec ses prix de gros sur la fibre optique. Cela a le mérite d’agacer ses concurrents, d’autant plus que SFR était déjà plus cher en la matière qu’Orange, l’opérateur historique, qui dispose du plus grand nombre de lignes fibrées.

© iStock

Les Échos rapporte que SFR s’apprête à augmenter de manière significative le prix facturé aux autres fournisseurs d’accès souhaitant s’appuyer sur son réseau de fibre optique pour étendre leurs couvertures à davantage d’abonnés potentiels. Une initiative isolée qui agacerait profondément Orange, Free et Bouygues Telecom, d’autant plus qu’elle s’inscrit sur un marché où la tendance des tarifs de gros est plutôt à la baisse. Tous les territoires ne sont pas concernés par la hausse décidée par SFR, mais elle porte tout de même sur 641 communes représentant 2,5 millions de prises.

9 % d’augmentation pour les lignes louées par paquets : Ainsi, un fournisseur d’accès tiers qui voudrait louer une ligne de fibre optique SFR à l’unité devra lui verser 16,73 € par mois (+2 %), contre 13,20 € chez Orange. Le tarif est moindre pour les concurrents souhaitant louer les lignes par paquets afin de couvrir toute une zone, soit 5,80 € par ligne et par mois, contre 5,48 € chez Orange. Ce cas de figure est beaucoup plus fréquent que la location à la ligne, et SFR en profite puisque c’est une augmentation de 9 % qu’il prévoit sur ce type de partenariats.

Comment SFR justifie-t-il cette hausse ? L’opérateur explique simplement procéder à un réajustement de ses tarifs de gros “de quelques centimes”, et ce notamment pour tenir compte de coûts de maintenance plus élevés, liés à des dégradations. Aussi, SFR indique s’engager en contrepartie sur les futures évolutions tarifaires pour ne pas prendre par surprise ses partenaires à l’avenir. Comme le rappelle Les Échos, c’est un comble, car SFR s’est souvent plaint des prix de gros pratiqués par Orange, les jugeant trop élevés.

Lire la Source : https://www.lesnumeriques.com/vie-du-net/fibre-optique-sfr-va-revoir-ses-prix-de-gros-a-la-hausse-n146387.html

Living Overload

Get ready to dive into the deep

Banter Republic

It's just banter

liputa fashion

Nous voulons valoriser la culture africaine et exposer les différents modèles de pagne

T'as vu ça le monde !

Les aventures de 5 globe-trotters à travers le monde

Langues d’Ailleurs

|| Faciliter l'apprentissage des langues en autodidacte

L.I.E.S.I.

LETTRE D'INFORMATIONS ÉCONOMIQUES STRATEGIQUES INTERNATIONALES

Hunting and Gathering

19th & early to mid-20th century Georgia photographers & their associates

Mamanita

Un accompagnement sur mesure pour les étapes importantes de votre vie

gianpiesport

no è bello chio que bello, è bello chio que piace

Books + Coffee = Happiness

Jessica Coulter Smith, Romance Author

POWERFUL SPIRITUAL HEALER Dr.Edward Call/Whatsapp +27638982712 USA,UAE,AFRICA,UK,ASIA&ALLOVER THE WORLD

Around worldwide, Astrologer Dr Edward, i am an experienced Astrologer100 % a gifted spiritual healer, i have been practicing astrology for over 20 years with mastery of the subject coupled with a deep perception and understanding of the practical aspects of life. A lot of you might have been going through different problems like love problems, family issues, business problems, siblings rivalry, education problems, career problems, legal troubles etc. Dr Edward believes that there is an astrological solution to every problem. May it be a health-related problem, job, education, wealth he gives remedies for all. Doctor Edward has been a profound astrologer in the world who has strong experience in astrology readings and has been serving the needy people from past many years to resolve the issues of their personal and professional life. He is considered as one of the best psychic medium the world has for his accurate psychic reading and 100% satisfied clients. With his accurate horoscope prediction and effective remedies, he got attention from people who are spread all over the globe. His premier customers are  from UK,USA,EUROPE,AFRICA,UAE, etc as well as all over the world. Are you troubled with your relationship?(Retrieve lost love,Help me get a lover,Do you need a peaceful Divorce,Is he/She cheating on you)Job Problems?(Do you need job promotions and salary increase,Are you failing to get a job?,Are you you in poor terms with your boss/workmates?),Are you having financial problems(Do you need wealth?),Do you need protection spells(Do you experience scary dreams?Is some one bewitching you?Are you scared of your enemy?),Do you want to get back your lost /stolen property(Cash,land,cars and many others),Do you need healing powers to perform miracles?Do you need success spells in whatever you do?(Job interviews,pass exams,win in nominations,win in politics),Are you demanding someone and he is failing/refusing to pay you? I Doctor Edward a powerful spiritual healer i am here to help you encounter all sorts of problems people are facing in their day to day lives

solodeinteres.com

Una iniciativa distinta... Evolucionando

Maître-marabout-akuewa

Je suis le Grand Maître voyant Sauveur spécialiste dans tous les domaines : Amour Perdu et Union rapide,Richesse,Chance,Protection,Mon Whatsapp: +22998700239 Email: maraboutakuewa@gmail.com

Brothers' Campfire

Gather 'round and hear a tale...

Bavardages et maquillage

Blog Beauté, Maquillage et Cosmétique

Piwigaming

De l'indé, du rétrogaming et des AAA toujours avec un ton décalé

COMBONIANUM – Spiritualità e Missione

–– Sito di FORMAZIONE PERMANENTE MISSIONARIA –– Uno sguardo missionario sulla Vita, il Mondo e la Chiesa A missionary look on the life of the world and the church –– VIDA y MISIÓN – VIE et MISSION – VIDA e MISSÃO ––

global-climat

Actualités du changement climatique

DantotsuPM.com

articles, méthodes, conseils, partages d'expérience et rdv du management de projet

Past Future Perfect

Tales With A Temporal Twist

Life Is Color

Life on the Spectrum

wwwibrahimramadanebianzoumbe

D'abord merci a tous .mon site permet de voir ,de voyagé a travers l'imaginaire donc vous permet de voir la tradition topique de l'environnement , des vidéos , la recette de cuisine ...je tien a vous informé de vous aboné car actuellement nos équipe sont en maintenance pour amélioré et perfectionner ce site pour vous ajouté des belle recette tipique africaine. merci

The Truth for Kyle Brennan

Scientology & the Death of Kyle Brennan

Emilie vous dit tout.

Tout tout tout vous saurez tout sur Emilie: Mes coups de coeur, mes coups de gueule, mes conseils et mes astuces.

Caractère Naturel

Green and Conscious Blog

Perception

feelings, thoughts and dilemmas

GEM ONU The Official Website

The association for Model United Nations and Geopolitics of Grenoble Ecole de Management since 2013

Kalithé

Blog d'un geek gourmand

My Family Around Europe

A family of five traveling around Europe

Alive to God

Daily Bible Verse | Daaglikse Bybelvers

Regina Castejón

Disfruta de la vida, esto no es un ensayo... Siempre habra algo en lo bueno y en lo tan bueno que nos endulzara el alma, vida hay una, no dejes escar cada momento sin dejar tu huella

Nomads No cry

Le voyage est un retour vers l'essentiel

Centre Romand de l'Apostolat Mondial de Fatima

Ce site est consacré à la dévotion à Notre-Dame de Fatima (pèlerinage, reconnaissance, prière...).

antipatriarcame

Dealeuse de came féministe et radicale.

La Bulle du Hérisson

Mens sana in corpore sano

Héritages

"Il est plus beau de transmettre aux autres ce que l'on a contemplé que de contempler seulement"

flora-shop.eu

Dekorationsblog diy

BEYOND MY LIMITATIONS

Overcoming the challenges of life

Higher Density Blog

Love Is Always The Answer

The EMPATHIC GANGSTER® Lifestyle Brand

Leading a community of Empowered, Self Aware EMPATHIC GANGSTERs’ to Elevated Heights

%d blogueurs aiment cette page :