Aller au contenu principal

Articles de la catégorie ‘Manifestations’

Moyen-Orient, le Liban sombre…


20minutes.fr – MONDE – Liban : La contestation face à l’inertie du gouvernement perdure et bascule dans la violence. CRISE POLITIQUE : Les affrontements ont pris une tournure violente inédite dans les rues de Beyrouth, ce week-end.

Par 20 Minutes avec AFP – Publié le 20/01/20 à 21h42 — Mis à jour le 20/01/20 à 21h42

Au Liban, la colère perdure dans la violence — 20 Minutes

Des scènes de violence inédites ont émaillé la mobilisation au Liban contre l’inaction du gouvernement. Une première depuis le début de la contestation qui perdure depuis trois mois.

Plus de 500 personnes, manifestants et policiers, ont été blessées durant le week-end à Beyrouth, selon les bilans de la Croix-Rouge libanaise et de la défense civile, compilés par l’AFP.

Le pays est secoué par des manifestations sans précédent depuis le 17 novembre contre l’inertie de la classe politique et la corruption. Sous la pression de la rue, le Premier ministre Saad Hariri a démissionné fin octobre et son successeur, Hassan Diab, désigné le 19 décembre, n’a toujours pas formé son gouvernement.

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/monde/2699607-20200120-liban-contestation-face-inertie-gouvernement-perdure-bascule-violence

France, Grèves, Semaine chargée


leparisien.fr – Retraites : ports bloqués, manifestations… la semaine prochaine s’annonce chargée. Alors que le projet de loi retraite doit être présenté en Conseil des ministres vendredi, les prochains jours seront rythmés par la poursuite de la grève et des actions dans plusieurs branches professionnelles.

Par Nicolas Berrod – Le 18 janvier 2020 à 13h17, modifié le 18 janvier 2020 à 15h41

Des professeurs manifestent contre le projet de loi retraite, le mardi 14 janvier 2020 à Paris LP/Olivier Arandel

J-6 avant la présentation officielle du projet de loi de réforme des retraites. Mais les opposants au texte du gouvernement comptent bien maintenir la pression. Ils promettent de poursuivre la mobilisation – sous des formes variées – la semaine prochaine.

Celle-ci sera conclue par un nouvel appel national à manifester, vendredi, le même jour que le conseil des ministres. On fait le point sur les actions attendues, secteur par secteur.

Mouvement reconduit dans plusieurs professions : Les avocats ont décidé vendredi de reconduire pour une semaine leur mouvement de grève, le Conseil national des barreaux exigeant d’être « reçu sans délai » par le Premier ministre. Depuis plusieurs jours, ils multiplient les opérations coup de poing, comme jeter leurs robes ou observer des minutes de silence, ce qui perturbe le bon fonctionnement des tribunaux.

Les dockers ont, eux, annoncé une nouvelle action de blocage des ports durant trois jours, de mercredi à vendredi prochain. La CGT appelle à « une opération ports morts » et à une « participation massive aux mobilisations organisées dans les territoires ». Depuis plusieurs jours, ces perturbations ont déjà entraîné des difficultés d’approvisionnement en outre-mer.

À la Banque de France, « le mouvement va s’étendre aux transporteurs de fonds notamment en Ile-de-France », a indiqué un membre de la direction fédérale de la CGT Finances, Pascal Gabay, à l’AFP.

Nouvelle journée de manifestations : Vendredi, le même jour que la présentation du projet de réforme des retraites en Conseil des ministres, une nouvelle journée de manifestations dans Paris et en région est annoncée, la 7e depuis le début du mouvement. La plus récente, ce jeudi, a rassemblé 187 000 manifestants en France, dont 23 000 à Paris, selon le ministère de l’Intérieur. La CGT en a comptabilisé de son côté 250 000, rien que dans la capitale. Ces chiffres restent loin de ceux du 5 décembre, premier jour de la grève. Ce jeudi-là, il y avait eu entre 806 000 (selon le ministère) et 1,5 million (selon la CGT) de manifestants.

Actions imprévues : Au-delà de ces mobilisations annoncées, d’autres mouvements ponctuels et imprévus ne sont pas à exclure. Vendredi, le Musée du Louvre a, par exemple, été contraint de fermer toute la journée, en raison d’une action menée par une centaine de manifestants. « On ira jusqu’au retrait [du projet de loi] ! », scandaient-ils. Samedi après-midi, un concert a donné sur le parvis de l’Opéra Garnier contre la réforme des retraites.

Toujours dans ce secteur, le ministre de la Culture Franck Riester a annoncé qu’il annulait ses vœux prévus lundi, en raison de l’annonce d’une action par la CGT Spectacles.

Imitant les avocats, des médecins de l’hôpital Saint-Louis (Paris) ont de leur côté jeté leurs blouses. Même chose pour certains professeurs, qui se sont débarrassés symboliquement de leurs manuels scolaires ou de cartables par-dessus la grille du rectorat, à Clermont-Ferrand ou à Rennes notamment.

Côté transports, en revanche, le trafic à la RATP et à la SNCF semble s’améliorer de jour en jour. Ce samedi matin, l’Unsa-RATP a même appelé à « réorienter, dès lundi, le mouvement illimité pour s’engager sur une autre forme d’action », « Beaucoup d’agents ont besoin de souffler un peu et de recharger les batteries », reconnait auprès du Parisien Laurent Djebali, secrétaire général de l’Unsa RATP traction. L’organisation syndicale se dit dans le même temps toujours « déterminée à poursuivre la lutte contre cette réforme injuste et comptable ».

Débats parlementaires dès le 17 février 2020 : Mais le gouvernement martèle qu’il n’a aucune intention d’abandonner son projet, même si le Premier ministre a proposé un compromis sur l’âge pivot. Plusieurs ministres ont également dénoncé l’intrusion au siège de la CFDT vendredi après-midi, quelques heures avant qu’Emmanuel Macron ne soit lui-même visé par une manifestation alors qu’il se trouvait dans un théâtre parisien.

Après la présentation du texte ce vendredi 24 janvier, le texte sera débattu à l’Assemblée nationale à partir du 17 février 2020.

Lire la Source : http://www.leparisien.fr/economie/reforme-des-retraites-ports-avocats-greve-manifestations-la-semaine-prochaine-s-annonce-chargee-18-01-2020-8238879.php

Retraites, Avocats mobilisés


20minutes.fr – Réforme des retraites : Les avocats toujours massivement mobilisés. CONTESTATION : Les actions de contestation se multiplient…

Par J.-L.D. avec AFP – Publié le 13/01/20 à 18h50 — Mis à jour le 13/01/20 à 19h10

Balance ta robe — Robin Letellier/SIPA

Rassemblements, robes noires jetées à terre ou accrochées aux grilles des palais : les avocats se sont à nouveau massivement mobilisés ce lundi contre la réforme des retraites, alors que les représentants de la profession étaient reçus à la Chancellerie.

Ils étaient plusieurs dizaines, réunis en silence, sur les marches du palais de Justice de Paris. Signe d’une colère qui dure, à Marseille, les avocats ont couvert de rouge l’épitoge d’ordinaire blanche de leur costume, puis suspendu leurs robes aux grilles. Même image à Lyon, où la « mort de la profession » a été symbolisée par des robes noires pendues aux rambardes des escaliers du tribunal.

Des bâtonniers dans les roues de la réforme : Le projet de réforme prévoit notamment de doubler les cotisations retraite (de 14 à 28 %) pour les avocats gagnant moins de 40.000 euros par an, et les pensions, actuellement au minimum de 1.400 euros net, passeraient à 1.000 euros, selon le Conseil national des barreaux (CNB) qui représente les 70.000 avocats français.

À l’issue d’une réunion de plus de deux heures avec la ministre Nicole Belloubet et Laurent Pietraszewski, le monsieur retraite du gouvernement, la présidente du CNB Christiane Féral-Schuhl, entourée du bâtonnier de Paris Olivier Cousi et la présidente de la Conférence des bâtonniers Hélène Fontaine, a déclaré n’avoir reçu « aucune nouvelle proposition » mais « senti que nos interlocuteurs étaient très préoccupés par la situation de crise ».

Reconduction de la grève pour une semaine : « Nous avons exigé que des garanties soient apportées sur l’autonomie de notre régime (…), pour que les avocats ne perdent pas un euro. Des propositions vont être formulées par écrit dans la semaine », a-t-elle indiqué à la presse. De nombreux barreaux ont voté la reconduction de la grève pour une semaine. Partout des audiences sont renvoyées ou perturbées : à Lyon, le très attendu procès pour agressions sexuelles de l’ex-prêtre Bernard Preynat a été suspendu jusqu’à mardi.

« C’est très lourd pour les avocats deux semaines de grève mais nous n’avons aucune réponse du gouvernement, on ne comprend pas cette réforme, alors que nous ne coûtons rien au contraire », a affirmé le bâtonnier de Clermont-Ferrand, Philippe Gatignol.

Robe à terre et poing en l’air : A Saint-Etienne, les avocats ont jeté leur robe à terre, comme l’avaient fait leurs collègues de Caen devant la garde des Sceaux Nicole Belloubet la semaine dernière. A Chambéry, les avocats envisagent une grève encore plus dure, avec une cessation de toute activité, à l’exception du contentieux de la liberté.

À Grenoble, la poursuite du mouvement a été votée à la quasi-unanimité : « C’est une grève dure des audiences, des désignations d’office et de la défense d’urgence », a déclaré Evelyne Tauleigne, bâtonnier du barreau de Grenoble qui compte près de 600 avocats.

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/societe/2694143-20200113-reforme-retraites-avocats-toujours-massivement-mobilises

Retraites, 40e Journée de mobilisation


20minutes.fr – Retraites : Les secteurs toujours en grève lundi pour la 40e journée de mobilisation. CONTESTATION : Deux jours après l’annonce du gouvernement de provisoirement retirer l’âge pivot du projet de réforme des retraites, plusieurs secteurs resteront en grève ce lundi 13 Janvier 2020.

Par 20 Minutes avec AFP – Publié le 12/01/20 à 19h27 — Mis à jour le 12/01/20 à 19h39

Manifestation contre la réforme des retraites à Bordeaux, le 9 janvier 2020. — UGO AMEZ/SIPA

La réponse positive de la CFDT et de l’Unsa à l’offre de dialogue du gouvernement va-t-elle entamer la détermination des grévistes ? La réponse se jouera à partir de lundi dans les assemblées générales des secteurs en pointe depuis 40 jours, à commencer par les transports.

RATP – SNCF : Le trafic sera encore perturbé lundi dans la capitale mais avec une « très nette amélioration » sur le réseau RER, où un train sur deux circulera toute la journée, selon la RATP. Outre la 1 et la 14, automatiques, les lignes de métro 2 et 10 fonctionneront en continu de 6h30 à 19h30. Les autres seront ouvertes surtout aux heures de pointe et avec des tronçons et des stations fermés. En surface, le trafic sera proche de la normale pour les tramways et 4 bus sur 5 circuleront en moyenne.

La SNCF annonce 8 TGV sur 10 en France, 7 TER sur 10 et 7 Transilien sur 10. Le trafic international sera « peu perturbé ».

L’attitude de l’Unsa et de la CFDT, grévistes en dépit de l’appui de leurs centrales syndicales à la réforme à points, sera scrutée lors des assemblées générales lundi. Dimanche, le secrétaire général de l’Unsa ferroviaire Didier Mathis a assuré que l’appel à la grève était maintenu à la SNCF comme à la RATP mais a reconnu que le retrait de l’âge pivot par le gouvernement « permett(ait) peut-être de sortir par le haut ».

Le taux de grévistes mesuré vendredi matin à la SNCF se maintenait au-dessus des 10 % (10,2 %), avec près d’un conducteur sur deux (47,3 %) concerné.

Raffineries : La CGT, majoritaire dans la plupart des raffineries, a appelé à poursuivre les arrêts des expéditions de carburant jusqu’au 16 janvier inclus, « a minima », selon le secrétaire général de la CGT Chimie, Emmanuel Lépine.

Les précédentes journées interprofessionnelles et l’arrêt total des expéditions du 7 au 10 janvier n’ont pour l’instant pas entraîné de pénurie massive de carburant, et les syndicats de l’énergie gardent un souvenir cuisant de la grève contre la loi Travail en 2016, où ils s’étaient retrouvés isolés. Aussi sont-ils prudents sur l’éventualité d’un arrêt total des raffineries, une décision lourde qui prend plusieurs jours.

Seule la raffinerie Petroinéos de Lavéra (Bouches-du-Rhône) a entamé à ce stade un arrêt partiel de la production.

Enseignants : Lundi s’ouvrent au ministère de l’Education des négociations sur les retraites, qui doivent déboucher sur une loi de programmation des revalorisations, et la FSU, premier syndicat chez les enseignants, fera connaître sa position à 19h00.

À ce stade, les syndicats de l’éducation ont appelé à la grève et aux manifestations les 14, 15 et 16 janvier dans le cadre de l’appel national interprofessionnel CGT-CGC-FO-FSU-Solidaires.

SUD appelle en outre à amplifier « un mouvement de grève reconductible à même de faire plier le gouvernement et d’obtenir le retrait du projet gouvernemental ».

Les enseignants dénoncent le fait que la réforme prendra en compte l’ensemble de la carrière dans le calcul des pensions, contre les six derniers mois actuellement, tandis que le gouvernement leur promet de revaloriser les salaires.

Avocats : Le Conseil national des barreaux (CNB), qui représente les 70.000 avocats français, appelle « tous les avocats de France à poursuivre le mouvement de grève pour la semaine du 13 janvier », dans un communiqué vendredi, en continuant de dénoncer la suppression de leur régime autonome de retraite.

Les avocats, très mobilisés depuis le début du mouvement, craignent le doublement de leurs cotisations retraite (de 14 à 28 %) et la baisse des pensions.

La ministre de la Justice, Nicole Belloubet, et le secrétaire d’Etat en charge des retraites, Laurent Pietraszewski, doivent rencontrer lundi les représentants de la profession.

Les autres secteurs : À l’Opéra de Paris, la représentation de samedi soir du « Barbier de Séville » a été annulée. Les annulations en cascade depuis le 5 décembre ont déjà coûté plus de 12 millions d’euros. Le suspense reste entier pour la prochaine représentation mardi, les annulations pouvant intervenir à moins d’une heure du lever le rideau.

La CGT de la Banque de France a déposé un préavis de grève « reconductible bloquante » à partir de lundi dans deux centres fiduciaires qui traitent plus du quart des billets du pays.

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/societe/2693211-20200112-retraite-secteurs-toujours-greve-lundi-40e-journee-mobilisation

Manifestations du 11 janvier 2020


20minutes.fr- Société – Manifestation du 11 janvier 2020 : « Le retrait de l’âge pivot ne changera rien à notre détermination ». REPORTAGE : Cheminots, enseignants, avocats, aides-soignants, infirmiers ou encore « gilets jaunes » ont à nouveau battu le pavé, en ce 38e jour de grève contre la réforme des retraites…

Par Hakima Bounemoura – Publié le 11/01/20 à 19h04 — Mis à jour le 11/01/20 à 20h01.

Des manifestants défilant boulevard Diderot à Paris lors de la manifestation contre la réforme des retraites, le samedi 11 janvier. — LIONEL BONAVENTURE
  • . Les organisations syndicales avaient appelé à ce que ce samedi 11 janvier soit « une journée de manifestation et de mobilisation massive » contre la réforme des retraites.
  • . À Paris, des dizaines de milliers de personnes ont battu le pavé, certaines pour la toute première fois.
  • . Le retrait de l’âge pivot, annoncé ce samedi par Edouard Philippe, « ne change absolument rien à notre détermination. C’est tout le projet qui doit être retiré », ont expliqué de nombreux manifestants.
  • . D’autres actions sont d’ores et déjà programmées par l’intersyndicale, les 14, 15 et 16 janvier.

Ils étaient moins nombreux que lors de la mobilisation de jeudi. Plusieurs milliers de personnes (21.000 selon le ministère de l’Intérieur, 150.000 selon la CGT), ont une nouvelle fois manifesté ce samedi à Paris contre la réforme des retraites à l’appel de l’intersyndicale CGT, FO, FSU, CGC et Solidaires. Le cortège, qui s’est élancé de la place de la Nation en début d’après-midi, a rejoint la place de la République vers 18 heures, un parcours émaillé de quelques incidents entre les forces de l’ordre et des casseurs.

Cheminots, enseignants, avocats, aides-soignants, infirmiers ou encore « gilets jaunes » ont à nouveau battu le pavé de manière unitaire, en ce 38e jour de grève contre la réforme des retraites, au son de « Et on ira, et on ira, et on ira jusqu’au retrait… » « Il était important d’organiser cette manif aujourd’hui, un samedi, pour les salariés du privé, pour ceux qui travaillent en semaine et qui ne peuvent pas se libérer », explique Josiane, militante CGT de la première heure, aujourd’hui à la retraite.

« C’est la première fois que je ressens le besoin de me mobiliser » : C’était en effet la première fois, depuis le début du mouvement le 5 décembre dernier, qu’un appel à la mobilisation était lancé le week-end. L’occasion pour certains de venir battre le pavé au côté des organisations syndicales. « C’est la première fois que je ressens le besoin de me mobiliser, de montrer mon désaccord. Je me sens très concernée par tout ce qui se passe », explique Virginia, 25 ans, venue manifester avec sa collègue Alexandra, qui elle aussi, a décidé pour la toute première fois de se mobiliser. « Ça ne fait pas très longtemps que je suis dans la vie active, mais je me pose déjà énormément de questions sur mon avenir », ajoute la jeune femme qui travaille dans le secteur du handicap et de la dépendance.

Peu habituée à défiler dans les cortèges « avec les syndicats », Hélène est aussi venue étoffer les rangs de cette manifestation unitaire contre la réforme des retraites. Avocate depuis une quinzaine d’années, elle est vent debout contre cette réforme qu’elle juge « injuste et scandaleuse ». « Notre régime est autonome, il se porte bien, nous finançons même pour 100 millions d’euros par an le régime général. Et pourtant l’Etat veut le supprimer », s’insurge l’avocate, qui compte bien poursuivre la mobilisation, tant que sa corporation n’aura pas obtenu gain de cause.

« Le retrait de l’âge pivot ne changera rien à notre détermination » : Alors que le cortège n’avait pas encore rejoint la place de la République, certains manifestants ont appris en direct, via leur smartphone, que le gouvernement, dans une lettre d’Édouard Philippe adressée aux partenaires sociaux, acceptait finalement de retirer l’âge pivot du projet de loi. « Ça ne change absolument rien à notre détermination. C’est tout le projet qui doit être retiré. On ne veut pas de retraite par capitalisation, on ne veut pas de BlackRock chez nous », a lancé Didier, conducteur de bus RATP, en grève depuis déjà 38 jours.

« La mobilisation n’est pas finie, loin de là. Cela montre surtout que le gouvernement est en train de perdre pied, le rapport de force a changé. Il faut plus que jamais rester mobiliser pour obtenir le retrait pur et simple de ce projet de loi », a renchéri Joseph, également employé à la RATP, et qui lui aussi a promis de poursuivre la mobilisation la semaine prochaine.

La volonté de compromis affichée par le gouvernement sur l’âge pivot ne se traduira donc pas forcément par l’arrêt des perturbations dans les transports puisque la CGT, FO et Solidaires réclament toujours le retrait pur et simple du projet. Philippe Martinez, leader de la CGT, l’a encore réaffirmé ce samedi, « l’âge pivot est un leurre » qui « ne change rien à notre opposition à la réforme ». Plusieurs actions sont d’ores et déjà programmées par l’intersyndicale, les 14, 15 et 16 janvier prochains.

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/societe/2692523-20200111-manifestation-11-janvier-retrait-age-pivot-changera-rien-determination

Retraites, Nouvelles actions, 11, 14, 15, 16 janvier 2020


20minutes.fr – Société – Réforme des retraites : L’intersyndicale appelle à de nouvelles actions les 14, 15 et 16 janvier 2020. MANIFESTATION : Une journée de mobilisation est aussi prévue samedi 11 janvier 2020.

Par 20 Minutes avec AFP – Publié le 09/01/20 à 23h45 — Mis à jour le 10/01/20 à 03h12.

Grenoble Métropole le 09/01/2020 : Une nouvelle mobilisation ce jeudi 09 janvier 2020 plusieurs milliers de personnes dans les rues de Grenoble Isère contre la réforme des retraites à l’appel de tous les syndicats. Crédit : ALLILI MOURAD/SIPA

L’intersyndicale formée par la CGT, FO, la CFE-CGC, la FSU, Solidaires et des organisations de jeunesse appelle à de nouvelles actions les 14, 15 et 16 janvier pour obtenir le retrait de la réforme des retraites, a-t-elle annoncé ce jeudi soir à la presse.

« Nous appelons à préparer des actions pour les 14, 15 et 16, dont les modalités seront précisées samedi soir en fonction de la réussite du (samedi) 11 », nouvelle date de mobilisation interprofessionnelle, a indiqué Eric Beynel, porte-parole de Solidaires, après plus de quatre heures de réunion au siège de FO.

Jeudi, les cortèges ont rassemblé 452.000 manifestants selon le ministère de l’Intérieur, près d’1,7 million d’après la CGT​, des chiffres en baisse par rapport au 17 décembre.

« Amplifier le mouvement » : L’intersyndicale a appelé à faire de samedi prochain « une journée de manifestations et de mobilisations massives », au soir de laquelle elle doit de nouveau se retrouver pour décider de l’avenir du mouvement.

Dans l’attente, elle a indiqué son souhait de faire de mardi 14 une « journée de grèves et de convergence interprofessionnelles », et annoncé des initiatives déclinées « sous toutes les formes » mercredi 15 et jeudi 16 janvier. « On se revoit samedi. Il faut amplifier le mouvement et définir une stratégie efficace, ce n’est pas facile. Les actions doivent monter en puissance, d’autres secteurs doivent prendre le relais », a souligné Benoît Teste, secrétaire général de la FSU, première fédération syndicale chez les enseignants.

Partout en France, des grèves manifestations qui touchent toutes les corporations…

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/societe/2691339-20200109-reforme-retraites-intersyndicale-appelle-nouvelles-actions-14-15-16-janvier

Syndicats, Manifestation le 11 janvier 2020


20minutes.fr – Réforme des retraites : L’intersyndicale CGT-FO-FSU-Solidaires-CFE-CGC appelle à une nouvelle manifestation le 11 janvier 2020. GRÈVE – La mobilisation se tiendra deux jours après la grève interprofessionnelle annoncée jeudi 02 JAN 2020.

Des manifestants contre la réforme des retraites devant le Palais de la Bourse à Lyon, vendredi 3 janvier. — KONRAD K./SIPA

L’intersyndicale opposée à la réforme des retraites (CGT, FO, FSU, CFE-CGC, Solidaires, Unef et UNL) appelle à manifester le samedi 11 janvier dans tout le pays, soit deux jours après la journée de mobilisation du 9, a-t-elle annoncé dans un communiqué vendredi 03 JAN 2020.

Dénonçant « un gouvernement qui joue l’enlisement », ces organisations, qui réclament le retrait du projet de régime universel, appellent ainsi à « amplifier la mobilisation et la grève ». Depuis le début de la mobilisation, entamée le 5 décembre, c’est la première fois que l’intersyndicale appelle à manifester un samedi, même si des manifestations se tiennent déjà les samedis, à l’appel des unions départementales ou régionales. Par exemple, samedi à Paris, un cortège partira de la gare de Lyon.

Une rencontre intersyndicale le soir du 9 janvier : « On a aucune raison de stopper la mobilisation ! », a expliqué à Yves Veyrier, secrétaire général de FO. « La priorité, c’est lundi, il faut élargir au maximum », a-t-il ajouté, pour que la semaine de mobilisation reprenne en fanfare après les deux semaines de vacances où la grève s’est poursuivie dans les transports publics.

« Face à ce mouvement inédit, le gouvernement joue l’enlisement, certains de ses ministres stigmatisant les secteurs qui refusent de négocier des régressions sociales », ont dénoncé dans leur communiqué les organisations syndicales, après une réunion intersyndicale qui s’est tenue à la CGT. Le 9 janvier, au soir, se tiendra une autre rencontre intersyndicale pour décider des suites du mouvement.

« Le gouvernement joue le pourrissement » : Selon Yves Veyrier, qui se rendra au ministère du Travail mardi à la réunion multilatérale consacrée à la pénibilité et à l’emploi des seniors, « il y a du grain à moudre sur autre chose que le régime à points ». Pour Eric Beynel, porte-parole de Solidaires, qui n’a pas été convié mardi, de même que la FSU, « le gouvernement joue le pourrissement ». « On a peu d’espoir sur les discussions du 7 » et « la situation est loin d’être apaisée », a-t-il ajouté.

« Lors de ses vœux, le président de la République​ a confirmé qu’il n’entend rien, se contentant de répéter les mêmes affirmations qui n’ont convaincu personne depuis deux ans », écrivent les organisations dans leur communiqué.

Par 20 Minutes avec AFP – Publié le 03/01/20 à 17h18 — Mis à jour le 03/01/20 à 18h13

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/societe/2686695-20200103-reforme-retraites-intersyndicale-cgt-fo-fsu-solidaires-cfe-cgc-appelle-nouvelle-manifestation-11-janvier

CGT M. Philippe MARTINEZ

Ce qu’il en ressort, le Gouvernement et le Chef de l’État jouent : le pourrissement, la CGT, M. Philippe MARTINEZ, veille, hors de question de laisser faire. De se laisser faire !

Retraites : Quelles sont les Concessions déjà faites


20minutes.fr – Réforme des retraites : Quelles sont les concessions déjà faites par le gouvernement à ce jour ? CAS PARTICULIERS : Depuis les annonces du 11 décembre 2019, l’exécutif a prévu des aménagements au régime universel, s’attirant de très nombreuses critiques.

Manifestation contre la réforme des retraites à Bayonne, le 28 décembre 2019. — Bob Edme/AP/SIPA
  • La réforme des retraites prévoit un régime universel par points.
  • Mais certaines professions ont d’ores et déjà la garantie de conserver certaines particularités, comme un départ précoce à la retraite.
  • Certains estiment que le projet de l’exécutif n’est plus vraiment universel.

Le régime universel de retraites voulu par Emmanuel Macron est-il en train de prendre l’eau ? Alors que le président de la République affirmait en octobre qu’il n’y aurait « plus de régimes spéciaux à proprement parler », la mobilisation contre la réforme a poussé l’exécutif à multiplier les concessions à de nombreuses professions. Après la présentation de la réforme le 11 décembre 2019, pilotes, routiers, ou encore policiers ont obtenu le maintien de certaines particularités, après des négociations avec le gouvernement ou via des menaces de grève.

Par Nicolas Raffin – Publié le 31/12/19 à 16h21 — Mis à jour le 31/12/19 à 16h21.

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/economie/2685099-20191231-video-reforme-retraites-concessions-deja-faites-gouvernement

2019, Bilan politique, population, politisation massive ?


20minutes.fr – Politique – Bilan de l’année : 2019 fut-t-elle marquée par une politisation massive de la population ? INTERVIEW : Pour Benjamin Morel, docteur ès sciences politiques, si la population a semblé plus investir les sujets politiques que les années précédentes, c’est avant tout car elle ne sent plus représentée

Un — Michel Euler/AP/SIPA

L’année 2019 fut marquée par de nombreux sujets politiques à laquelle se sont intéressés les Françaises et Français.

Vous-même, vous avez forcément un avis sur les « gilets jaunes », l’écologie ou la grève SNCF.

Pour Benjamin Morel, docteur ès sciences politiques, 2019 fut une année à part, à la fois par ses sujets et par sa crise de la représentation.

Cela vous aura difficilement échappé au repas de Noël en famille, 2019 fut une année politique. Extrêmement politique. Entre la mise en avant de l’écologie politique, les « gilets jaunes », la grève de décembre, le mouvement contre les violences faites aux femmes, la liste est plus longue que celle de votre petit-cousin a adressé au Père Noël.

Bien sûr, toutes les années sont marquées par des évènements politiques majeurs, magie de l’actualité oblige. Pour autant, les citoyens ont semblé plus investir ces sujets cette année que les précédentes. Qui n’a pas son avis sur Greta Thunberg, les « gilets jaunes » ou la réforme des retraites ? Pour Benjamin Morel, docteur ès Sciences politiques à l’ENS, cette politisation massive de la population s’explique par une crise de la représentativité mais également par un traitement de l’information plus durable.

En quoi 2019 est-elle une année marquante dans la politisation de la population ? : 2019 fut une année de mobilisation sociale importante. Ce n’est pas si nouveau que ça au cours de la décennie, qui a connu de nombreux mouvements sociaux. Mais 2019 reste quand même une année particulièrement marquée par une déconnexion encore plus accrue des instances représentatives, avec une rupture affichée et consommée. Traditionnellement, le régime représentatif s’appuie sur un triptyque : les représentants, la société civile organisée notamment les syndicats, et le peuple représenté. 2019 a montré une tendance à manifester bien plus aiguë que les dernières années, où une partie de la population – notamment les « gilets jaunes » – se sont sentis non représentés à la fois par les dirigeants, mais aussi par la société civile organisée.

La population s’est-elle émancipée de ses représentants pour agir indépendamment ? : Il ne faut pas surestimer la révolution qu’aurait constituée 2019. S’il y a eu l’émergence de ce genre d’actions populaires, organisées sans syndicats, la seconde partie d’année marque le retour de la société civile organisé au premier plan : les manifestations écologiques s’appuient à ce titre sur un fonctionnement classique en termes de mobilisations collectives, tout comme le mouvement contre les violences faites aux femmes, ou la grève contre la réforme des retraites.

Néanmoins, la bataille des retraites pourrait avoir une importance capitale : si le peuple représenté s’est détourné des syndicats, s’il y a une telle crise de la représentation, c’est aussi car la population ne croit plus que les syndicats peuvent gagner. S’est imposée cette idée que la société civile organisée perd toutes ses batailles. Si les syndicats perdent aussi sur la réforme des retraites, il y aura peut-être un vrai basculement.

Au-delà de la crise de la représentation, qu’est ce qui explique un tel investissement de la population ? : En réalité, c’est surtout la temporalité de l’évènement politique qui a changé. On le traite médiatiquement bien en amont, ce qui accroît l’exposition de la population à l’évènement. L’entretien de l’information par les chaînes en continu notamment bouleverse le suivi de l’opinion. L’épilogue que constitue le vote du projet de loi est un point lointain qui est précédé dans le cas de retraites d’une exposition médiatique très en amont.

Or, on le voit bien : plus l’évènement dure dans le temps, plus la population l’investit. Le référendum de 2005 est un bon exemple : avec une campagne qui a commencé très tôt avant le vote, il y a eu le temps pour la population d’avoir un vrai investissement du sujet pour tenter de comprendre de quoi il en retournait. Campagne qui a fait bouger les lignes et a retourné l’opinion, preuve qu’il ne s’agissait pas de voter pour ou contre le gouvernement.

Y a-t-il d’autres raisons pouvant expliquer cet investissement massif de la politique en 2019 ? : Au-delà de l’aspect temporel, il y a aussi des sujets particulièrement inflammables par principe, avec en tête de gondole la réforme des retraites. C’est facile de faire parler les gens sur un tel sujet et pour eux de développer des opinions tranchées, car c’est un sujet qui concerne absolument tout le monde, et où chacun se demande d’abord s’il est concerné et ensuite s’il va être gagnant ou non.

Une actualité composée de tels sujets conduit forcément à une plus forte politisation. Mais les sujets économiques et sociaux, très individuels, immédiats et pratico-pratiques, ne sont pas les seuls à avoir percé. On y note un fort investissement sur des sujets plus liés aux valeurs, comme la question migratoire, avec des déclarations d’Emmanuel Macron qui ont enflammé l’actualité pendant deux mois et évidemment l’écologie. Ce sont des sujets tout aussi importants pour la politisation, car ils indiquent le sens et le pourquoi de l’identité politique, ce que chacun veut donner comme but à l’action publique.

Propos recueillis par Jean-Loup Delmas – Twitter – Publié le 27/12/19 à 18h19 — Mis à jour le 27/12/19 à 18h19

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/politique/2683307-20191227-bilan-annee-2019-marquee-politisation-massive-population

Inde, Manifestations, Opposants, Réseaux mobiles coupés…


lemonde.fr – En Inde, les autorités coupent les réseaux mobiles en prévision de nouvelles manifestations. Les manifestants s’opposent à une loi, votée le 11 décembre par le Parlement, qui facilite l’attribution de la citoyenneté indienne à des réfugiés sauf s’ils sont de confession musulmane.

Un rassemblement de protestation contre la loi sur la citoyenneté, à Calcutta (Inde), le jeudi 26 décembre 2019. Bikas Das / AP

Anticipant de nouvelles manifestations contre une loi sur la citoyenneté dénoncée comme discriminatoire envers les musulmans, les autorités indiennes ont coupé vendredi 27 décembre 2019, l’accès à l’Internet mobile et aux SMS dans certains districts de l’Uttar Pradesh.

Inde UTTAR PRADESH

Dans cet État du nord de l’Inde, contrôlé par les nationalistes hindous et dirigé par un moine radical, l’Internet mobile avait été rétabli mardi après près d’une semaine de suspension. Cette région de 220 millions d’habitants compte 20 % de musulmans. Bloquer l’accès à Internet pour limiter les manifestations est une technique couramment utilisée par les autorités en Inde, le pays étant celui au monde qui a le plus recouru à cette méthode. Selon internetshutdowns.in, une centaine a déjà été recensée pour la seule année 2019.

Vingt-sept morts : En amont de la grande prière du vendredi, des milliers de policiers armés patrouillaient par ailleurs dans les districts de l’Uttar Pradesh à majorité musulmane. 5.000 personnes ont été placées en détention préventive, en plus de 1.000 autres déjà arrêtées en lien avec les manifestations.

Ces deux dernières semaines, vingt-sept personnes ont péri dans des manifestations parfois violentes contre cette législation qui a cristallisé les griefs et peurs suscités par le gouvernement du Premier ministre, Narendra Modi. Il s’agit du mouvement de contestation le plus important depuis l’arrivée au pouvoir des nationalistes hindous en 2014.

L’Uttar Pradesh est particulièrement touché : il y a une semaine, de violents heurts avaient éclaté après la sortie des mosquées, entraînant la mort de dix-neuf personnes – la plupart tuées par balle. Cette réponse brutale des forces de l’ordre nourrit la colère des manifestants, qui accusent les autorités de répression arbitraire.

Expulsion des opposants étrangers : Approuvée le 11 décembre par le Parlement, la loi contestée facilite l’attribution de la citoyenneté indienne aux réfugiés hindous, sikhs, chrétiens, jaïns, bouddhistes et parsis arrivés avant 2014, qui ont fui « pour des raisons religieuses » l’Afghanistan, le Pakistan ou le Bangladesh, s’ils résident en Inde depuis au moins cinq ans. Seuls les résidents musulmans sont exclus du dispositif. Ils resteront des sans-papiers, c’est-à-dire qu’ils n’auront aucun droit.

Si cette loi ne concerne pas directement les musulmans indiens, elle a renforcé les inquiétudes de cette minorité religieuse (14 % du 1,3 milliard d’Indiens), qui craint d’être reléguée au rang de citoyens de seconde classe dans l’Inde des nationalistes hindous.

Alors que ce mouvement de contestation connaît un grand retentissement international, les autorités indiennes gardent un œil sur les agissements des étrangers présents dans le pays et prennent des sanctions si elles découvrent qu’ils se sont joints à la mobilisation.

Une touriste norvégienne qui a participé à une manifestation dans l’État du Kerala, dans le sud de l’Inde, s’est ainsi vu ordonner de quitter le pays, a rapporté l’agence Press Trust of India. Plus tôt dans la semaine, un étudiant allemand en échange universitaire à Chennai (également dans le Sud) a également dû partir d’Inde après avoir participé à une marche contre la loi sur la citoyenneté, d’après la presse indienne. Selon des photos publiées par les médias, le jeune homme avait défilé avec une pancarte disant « 1933-1945 Nous sommes passés par là », en référence à l’Allemagne nazie.

Par Le Monde avec AFP Publié aujourd’hui vendredi 27 décembre 2019 à 10h39, mis à jour à 10h42.

Lire la Source : https://www.lemonde.fr/international/article/2019/12/27/les-autorites-indiennes-coupent-les-reseaux-mobiles-en-prevision-de-nouvelles-manifestations_6024173_3210.html

Grève 10 décembre 2019, Craintes


20minutes.fr – Grève du 10 décembre : La crainte de nouveaux débordements en marge des cortèges. SECURITE Les forces de l’ordre seront très mobilisées, mardi, à l’occasion de cette nouvelle journée de mobilisation contre la réforme des retraites.

Un manifestant fait face aux policiers des brigades de répression de l’action violente le 5 décembre dernier, à Paris — ZAKARIA ABDELKAFI / AFP

Jeudi 5 décembre, des violences ont émaillé la mobilisation contre la réforme des retraites à Paris, infiltrée par des centaines de black block. Redoutant de nouveaux incidents, la place Beauvau mobilisera largement les forces de l’ordre, ce mardi, à l’occasion d’une nouvelle journée de mobilisation. Dans la capitale, le préfet de police a pris un arrêté de fermeture des commerces situés sur le parcours de la manifestation. De nouvelles violences sont-elles à craindre ? Jeudi dernier, malgré l’important dispositif déployé par la préfecture de police, des incidents ont éclaté dans le cortège parisien quand des blacks blocks s’en sont pris aux forces de l’ordre, place de la République, dans l’est de la capitale. Des « éléments radicaux », venus par centaines, qui pourraient encore troubler, mardi, la nouvelle journée de mobilisation contre la réforme des retraites, s’inquiète une source ministérielle. Il faut dire que samedi après-midi, le centre-ville de Nantes a été saccagé par des casseurs lors d’une manifestation. « Ils ont montré qu’ils étaient toujours là. »

Au niveau national, la mobilisation des forces de l’ordre, mardi, sera donc « à un niveau assez important », au moins similaire à celui de jeudi, poursuit cette même source ministérielle, sans donner pour autant de chiffres précis. A Paris, la préfecture de police se contente, elle aussi, de faire savoir dans un communiqué qu’elle mobilisera « des moyens humains et matériels significatifs visant à assurer la sécurité des manifestants et à prévenir les violences et dégradations en marge du cortège ». La semaine dernière, 6.000 policiers et gendarmes étaient mobilisés dans la capitale. Plusieurs sections de gendarmes mobiles et de CRS : Selon nos informations, les forces de l’ordre seront très nombreuses pour faire face aux éléments violents qu’elles s’attendent à affronter. Une quarantaine de pelotons de gendarmes mobiles boucleront un large périmètre autour du palais de l’Elysée, des Champs-Elysées et de la place de l’Etoile. Une trentaine de sections de CRS protégeront l’Assemblée nationale et Matignon, et une vingtaine d’autres encadreront le cortège qui partira à 13h30 de la place Vauban (7e), survolée par un drone, pour rejoindre Denfert-Rochereau (14e) en fin d’après-midi.

La préfecture de police mobilisera aussi les Brigades de répression de l’action violente, dont certaines motorisées. Il s’agit d’unités très mobiles qui s’adaptent aux violences observées lors des manifestations. Les effectifs de la Dspap (Direction de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne) seront, eux, chargés des missions de surveillance et de sécurisation aux abords des gares et de repérer les éventuels fauteurs de troubles en procédant à des contrôles. D’autre part, toujours selon nos informations, les autorités ont demandé aux syndicats qui organisent la manifestation de renforcer leur dispositif de sécurité.

Regarder, visionner le vidéo de la Manifestation du 5 décembre 2019, cliquer sur le lien ci-dessous : https://www.ultimedia.com/deliver/generic/iframe/mdtk/01357940/src/pkpkvr/zone/1/showtitle/1/

« Se conforter strictement aux consignes » : Le préfet de police, Didier Lallement, a pris un arrêté de fermeture des commerces situés sur le parcours de la manifestation. Il leur recommande de « prendre toutes les mesures utiles à la protection de leurs biens ». Traduction : ils doivent se barricader, comme le font de nombreux commerçants depuis un an lors des manifestations des « gilets jaunes ». Par ailleurs, les voitures ne pourront pas se garer le long du trajet entre minuit et 20h. Didier Lallement a demandé à la mairie de Paris de « faire enlever tous les éléments pouvant servir de projectiles » et de « sécuriser les chantiers de voie publique ». Le haut fonctionnaire demande aussi à « l’ensemble des manifestants pacifiques » de se « positionner dans le cortège syndical et non à son amont, où les groupes radicaux ont pris l’habitude de se former pour mener leurs actes de déstabilisation ». Il les invite « à se conforter strictement aux consignes des organisateurs, et notamment à l’ordre de dispersion lorsqu’il sera donné en fin de manifestation ».

Par Thibaut Chevillard, Twitter, Publié le 09/12/19 à 19h51 — Mis à jour le 10/12/19 à 03h22

Lire la Source : https://www.20minutes.fr/societe/2670915-20191209-greve-10-decembre-crainte-nouveaux-debordements-marge-corteges

France Grève du 9 décembre 2019


francetvinfo.fr – Grève du 9 décembre : Philippe Martinez, Jean-Paul Delevoye… Qui sont les acteurs clés qui peuvent influer sur la réforme des retraites ? La semaine s’annonce cruciale pour le gouvernement et les partenaires sociaux dans le dossier de la réforme des retraites. Alors que la grève dans les transports se poursuit, le Premier ministre doit annoncer mercredi les contours de cette réforme.

À Matignon, on s’amuse, on rit. Aux dépens de qui ?

Le lever de rideau approche. Le Premier ministre, Edouard Philippe, doit présenter mercredi « l’intégralité du projet » de réforme des retraites. En attendant, à la veille d’une deuxième journée de mobilisation interprofessionnelle, mardi 10 décembre, le haut-commissaire aux retraites, Jean-Paul Delevoye, reçoit les partenaires sociaux, aux côtés de la ministre des Solidarités, Agnès Buzyn, afin de « tirer les conclusions » de la concertation relancée en septembre. Alors que la semaine s’annonce décisive pour le gouvernement comme pour les partenaires sociaux, franceinfo revient sur les principaux acteurs de ce dossier.

Philippe Martinez : celui qui veut tenir « jusqu’au retrait » de la réforme.

Exécutif de la CGT

Qui est-il ? Philippe Martinez, 58 ans, est à la tête de la CGT (Confédération générale du travail) depuis 2015. Il a travaillé chez Renault comme technicien de la métallurgie, puis est devenu en 2008 secrétaire général de la Fédération des travailleurs de la métallurgie de la CGT. Attaché à une stratégie syndicale traditionnelle, Philippe Martinez tente de faire évoluer sa structure afin de trouver un équilibre entre contestation et force de proposition, comme le détaille Libération. La CGT, qui a perdu la place de premier syndicat de France au profit de la CFDT, voit aussi dans la réforme des retraites une occasion de reconstruire une dynamique.

Quelle est sa position ? Le secrétaire général de la CGT se montre déterminé à faire obstacle à la réforme des retraites, dans laquelle « il n’y a rien de bon », estime-t-il dans les colonnes du JDD. Il souhaite conserver le système de retraite en vigueur, « le meilleur du monde », selon lui. « Nous tiendrons jusqu’au retrait » de la réforme, prévient-il. « En 1995, au début de la première manifestation, le Premier ministre, Alain Juppé, avait dit que jamais il ne retirerait son projet. Les choses évoluent vite. Et la colère est grande. Le gouvernement devrait être attentif. »

La balle est dans le camp du gouvernement (…). Qu’il entende la colère. Qu’il dise qu’il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis. Qu’il remette les compteurs à zéro.

Philippe Martinez au « JDD » :

Comment peut-il participer au règlement du conflit ? Inscrit dans une stratégie d’opposition radicale, Philippe Martinez assume la conflictualité des rapports avec le gouvernement. Le dialogue semble rompu avec l’exécutif : « Pas de son, pas d’image. » De son côté, le gouvernement n’a pas choisi d’en faire son interlocuteur privilégié. « Je ne pense pas que ce soit avec la CGT qu’on trouvera le chemin de la sortie de ce conflit », estime la ministre des Transports, Elisabeth Borne.

Jean-Paul Delevoye : celui qui a élaboré le nouveau système.

Qui est-il ? Jean-Paul Delevoye, 72 ans, est le « monsieur retraites » du gouvernement. En septembre 2017, ce chiraquien historique tendance gaulliste social a été nommé haut-commissaire à la réforme des retraites pour piloter la consultation sur cette réforme promise par le candidat Macron. Deux ans plus tard, il entre au gouvernement en tant que haut-commissaire aux retraites. Reconnu comme un interlocuteur fiable par les syndicats, l’ancien président du Conseil économique, social et environnemental (Cese) voit sa position affaiblie après avoir enchaîné quelques maladresses. Le doyen du gouvernement a ainsi oublié de déclarer sa fonction d’administrateur dans un institut de formation de l’assurance à la Haute Autorité pour la transparence de la vie politique. « C’est une omission par oubli », a-t-il expliqué au Parisien. « Je reconnais que ce n’est pas responsable. J’ai fait une erreur. » Dans un communiqué publié lundi 9 décembre, il a annoncé avoir démissionné de ces fonctions.

Quelle est sa position ? Jean-Paul Delevoye cherche désormais à aller au bout de cette réforme des retraites. Il est à l’origine de l’architecture du nouveau système que doit présenter le Premier ministre mercredi : fin des régimes spéciaux, système à points, allongement de la durée du travail, création d’un âge pivot… Il n’hésite d’ailleurs pas à hausser la voix quand le gouvernement semble prêt à lâcher du lest sur certains points, à l’image de la « clause du grand-père ». Cette idée, qui consisterait à appliquer le changement de règles aux seuls nouveaux entrants dans le monde du travail, à partir de 2025, n’a pas plu au haut-commissaire. « Cela reviendrait à créer un 43e régime. C’est impossible ! »

Comment peut-il participer au règlement du conflit ? Malgré les divergences de points de vue, il est parvenu à conserver une fenêtre de dialogue ouverte avec tous les syndicats, même les plus radicaux. « Avec Jean-Paul Delevoye, ça se passe bien : la CGT l’a vu 22 fois depuis décembre 2017, confie Philippe Martinez dans Le JDD. Delevoye, c’est quelqu’un qui a un peu plus d’expérience et une vraie conception de la démocratie sociale, même si nous proposons un tout autre projet de réforme des retraites que le sien. »

Laurent Berger : celui qui dirige le premier syndicat de France.

CFDT

Qui est-il ? A la tête de la CFDT (Confédération française démocratique du travail) depuis 2012, Laurent Berger, 51 ans, a travaillé dans sa jeunesse comme salarié dans une association d’insertion à Saint-Nazaire qui venait en aide à des chômeurs de longue durée. Dès ses premières années d’études, il a enchaîné les responsabilités syndicales, notamment comme responsable de la JOC (Jeunesse ouvrière chrétienne) à Paris, détaille Libération. La CFDT est devenue sous sa mandature le premier syndicat de France, public et privé confondus, en 2018.

Quelle est sa position ? La CFDT est le seul syndicat qui continue de soutenir l’idée d’un régime « universel », comme le souhaite le gouvernement. « Certains [considèrent] que le système actuel serait parfait. Je ne suis pas de ceux-là, je suis désolé, il n’est pas parfait, loin s’en faut, il est miné d’inégalités et ça met en cause la solidarité qui est absolument indispensable dans un système par répartition », a expliqué Laurent Berger sur France Culture. « On veut ce régime à une seule condition, c’est qu’on y instille des éléments de justice », parmi lesquels « la prise en compte de la pénibilité ».

On peut résoudre les inégalités en créant un régime universel, en mettant des mécanismes de compensation pour ceux qui sont les plus pénalisés aujourd’hui.

Laurent Berger sur France Culture : Comment peut-il participer au règlement du conflit ? Par sa tradition syndicale, la CFDT s’inscrit dans le dialogue. Mais l’organisation réformiste se retrouve prise entre deux feux et regrette l’épreuve de force qui est en cours. « Je suis préoccupé parce que la logique qui prévaut, c’est quand même de se mettre un peu sur la figure avant de commencer à discuter », a déclaré Laurent Berger sur France Culture. « De l’autre côté, on a un gouvernement qui veut montrer les bras, les muscles, pour dire : ‘s’il y a un peu d’affrontement, ça voudra dire que j’ai fait cette réforme’, c’est ridicule et c’est dangereux. » Laurent Berger reste vu par le gouvernement comme le meilleur interlocuteur pour trouver un compromis sur cette réforme.

Edouard Philippe : celui qui veut aller au bout de cette réforme.

Premier Ministre Édouard PHILIPPE

Qui est-il ? Edouard Philippe, 49 ans, est Premier ministre depuis maintenant plus de deux ans. Partie prenante de la recomposition politique voulue par Emmanuel Macron, l’ancien membre des Républicains affronte avec la réforme des retraites le dossier le plus épineux depuis son arrivée à Matignon. L’ancien maire du Havre a pris les choses en main et se retrouve en première ligne. Il va devoir user de ses talents de négociateur et de persuasion pour gagner la bataille de l’opinion et trouver une sortie de crise.

Quelle est sa position ? Pour le chef du gouvernement, cette réforme est inévitable. Sinon, « ce qui se produirait, nous le savons tous : nous demanderions à nos enfants de payer, c’est totalement injuste, je m’y refuse », explique-t-il au Monde. « Je crois que nos compatriotes savent que dans tous les autres pays, un allongement progressif de la durée du travail se met en place, et c’est un élément sur lequel travailler. » Conscient des difficultés pour faire accepter cette réforme, le Premier ministre tente aussi de séduire. « On pourra apporter des réponses extrêmement positives pour beaucoup de gens qui subissent des injustices dans le système actuel : les femmes, les agriculteurs, et ceux qui ont des parcours hachés, notamment », assure-t-il dans Le JDD.

Si on ne fait pas une réforme profonde, sérieuse, progressive aujourd’hui, quelqu’un d’autre en fera une demain brutale, vraiment brutale.

Edouard Philippe au « JDD » :

Comment peut-il participer au règlement du conflit ? Pour le moment, à l’image de son mentor Alain Juppé en 1995, le Premier ministre n’hésite pas à montrer les muscles et se dit « déterminé » à aller au bout de cette réforme. Mais l’exécutif sait qu’il va devoir faire encore preuve de patience et de dialogue. « On ne change pas un contrat social brutalement », rappelle Edouard Philippe dans Le Monde. Le gouvernement compte donc encore sur le dialogue social pour trouver une porte de sortie. Il a d’ores et déjà intégré le fait que la discussion se poursuivra au-delà de la présentation de la réforme prévue mercredi.

Lire la Source : https://www.francetvinfo.fr/economie/greve/greve-du-5-decembre/greve-du-9-decembre-martinez-philippe-delevoye-qui-sont-les-acteurs-cles-qui-peuvent-influer-sur-la-reforme-des-retraites_3736977.html

Paris, 1.000 tracteur à l’assaut


sputniknews.com – Google News – « 1.000 tracteurs » pour bloquer Paris : les agriculteurs en colère à l’assaut de la capitale.

Plusieurs syndicats agricoles ont appelé à bloquer les accès routiers vers Paris le 27 novembre. Ne se sentant pas écoutés par le gouvernement, ils veulent crier leur ras-le-bol. Un phénomène que l’on observe également en Allemagne ou encore aux Pays-Bas.

1.000 tracteurs à l’assaut de Paris

Décidément, les temps sont durs pour le gouvernement. Alors que le 5 décembre, se profile une journée de mobilisation interprofessionnelle qui devrait être très suivie, le 27 novembre, ce sont « 1.000 tracteurs » qui devraient converger vers Paris à l’appel de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA) et des Jeunes Agriculteurs (JA).

« Plus de 1.000 tracteurs venus des régions Hauts-de-France, Normandie, Île-de-France, Grand-Est, Centre-Val-de-Loire et Bourgogne–Franche-Comté se donnent rendez-vous à Paris. Ils seront dès 6 heures du matin aux portes de la capitale », ont précisé les agriculteurs de la FDSEA et des JA Île-de-France et de la FNSEA Grand Bassin parisien.

Les autoroutes « A1, A4, A5, A6, A10, A11, A13, A14, A15 », et les nationales « N1, N2, N12, N20 », sont concernées. De quoi mettre une vraie pagaille sur les routes de la région parisienne.

Le but de la manœuvre sera de « demander aux distributeurs et industriels de permettre le retour à un revenu décent pour les agriculteurs, et à l’État de transformer ses promesses en actes concrets : pas de distorsions supplémentaires », expliquent les deux syndicats.

C’est la troisième fois que les agriculteurs manifestent en l’espace de quelques semaines. Les 8 et 22 octobre dernier, ils avaient déjà organisé deux actions. Le 22 octobre, de nombreux paysans s’étaient rassemblés devant les préfectures de l’Hexagone afin d’interpeller Emmanuel Macron.

Le locataire de l’Élysée avait répondu depuis l’île de Mayotte, où il était en déplacement. Ce dernier avait notamment dénoncé les attaques « inacceptables » dont sont victimes les agriculteurs. La FNSEA et les JA reconnaissent que le gouvernement commence à bouger : « Première prise de parole du Président de la République à Mayotte pour apporter son soutien aux agriculteurs, durcissement du ton face aux dénigrements et violence avec la mise en place de la cellule Déméter, maintien du budget des Chambres d’agriculture : les signaux d’une prise de conscience du malaise agricole se sont multipliés ces dernières semaines. »

Mais selon eux, le chemin est encore long. Ils concèdent un « frémissement », mais ne sont pas « satisfaits » de ces « avancées » qui « ne trouvent pas de matérialisation concrète dans les exploitations ».

Dans le viseur des agriculteurs se trouvent notamment les intrusions fréquentes de militants antispécistes dans les exploitations, les traités de libre-échange tels que le CETA ou encore la « non-application dans son intégralité » de loi la loi EGALIM. Ce texte, issu des états généraux de l’alimentation et effectif depuis le début de l’année, est censé rééquilibrer les relations entre paysans, industriels et distributeurs afin de permettre aux premiers d’avoir de meilleurs prix sur leurs produits.

Mais alors que débutent les négociations annuelles entre distributeurs et producteurs qui vont fixer les prix alimentaires pour un an, « le compte n’y est pas » pour les agriculteurs, selon Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture. « Au-lieu d’investir son énergie à créer de nouvelles distorsions (accords commerciaux internationaux, zone de non-traitement, taxes nouvelles), l’État devrait s’employer à faire respecter la loi EGALIM pour sécuriser véritablement le revenu des agriculteurs », expliquent les paysans français.

Bernard Lannes, président de la Coordination rurale, disait il y a peu tout son désarroi à Sputnik : « Nous entendons parler des populations qui souffrent dans ce pays. Nous sommes l’une de ces catégories et cela fait des années que l’on souffre. Nous vivons des crises successives, deux agriculteurs se suicident par jour. Nos revenus sont continuellement en baisse, car rien n’est organisé et encore moins réglé par rapport à ce qu’avait dit Emmanuel Macron concernant les États généraux de l’alimentation. Les choses se sont améliorées par rapport à ce qui touche au haut de gamme. Mais cela ne concerne qu’une minorité de professionnels. La majorité de la production française provient de ce que l’on appelle l’agriculture de masse. Et là, les prix n’y sont pas. Si l’on ajoute à cela la pression provoquée par les Zones non traitées, l’“agribashing” et le fait que l’on passe pour des empoisonneurs, cela fait beaucoup… »

Une situation compliquée que semblent partager certains de leurs collègues européens. Ce 26 novembre, des milliers d’agriculteurs allemands se sont rendus à Berlin, eux aussi en tracteur. Les motifs de colère sont nombreux, mais l’annonce d’un grand plan de réduction de l’usage des pesticides et engrais chimiques a fait office de goutte d’eau dans un vase déjà bien rempli.

« Les agriculteurs allemands ont besoin de protection et de perspectives d’avenir plutôt que de régulations excessives et d’interdictions », a lancé l’organisation des agriculteurs allemands, principal syndicat agricole du pays.

Le glyphosate est également au cœur de l’actualité en Allemagne. Le programme décidé de concert entre les ministères allemands de l’Environnement et de l’Agriculture prévoit l’interdiction de ce pesticide controversé d’ici 2023, au grand dam de la profession. Les agriculteurs allemands prennent, à l’instar de leurs collègues français, la rue pour la troisième fois en quelques semaines.

Lire la suite : https://fr.sputniknews.com/france/201911261042489718-1000-tracteurs-pour-bloquer-paris-les-agriculteurs-en-colere-a-lassaut-de-la-capitale-/

Par Fabien Buzzanca, 26.11.2019, 18h10

Rennes Business Services


Destination Rennes Business Services – AGENDA : CONGRÈS-COLLOQUE-CONFÉRENCE- Safe and Smart City Conférence Palais de la Méditerranée

UNE CONFÉRENCE UNIQUE AU SERVICE D’UNE COOPÉRATION BILATÉRALE RENFORCÉE – Du 7 décembre 2019 à 09H00 – Au 9 décembre 2019 à 20H00

Pour cette quatrième édition, Safe & Smart City Conférence revient à Nice pour une édition spéciale ville intelligente et Cyber sécurité.

Une édition sous le signe de la ville intelligente et de la Cyber sécurité : Pour cette quatrième édition, Safe & Smart City Conférence revient à Nice, au Palais de la Méditerranée, les 7 et 8 décembre 2019. L’évènement s’impose comme le rendez-vous privilégié des décideurs politiques européens et israéliens, des experts de l’innovation, des chefs d’entreprise et des Startups.

Au programme cette année :

Transformation digitale, vulnérabilité, risques et prévention – Comment faire de la Ville intelligente un lieu Cyber sécurisé ?

Santé digitale, objets connectés et le futur de la Ville Intelligente

Transports intelligents et micro-transports – Comment repenser les modes de déplacements urbains ?

Transition énergétique et développement durable – Quel impact sur la consommation d’électricité, la distribution de l’eau, la qualité de l’air, le traitement des déchets et la gestion des espaces verts ?

Des experts rennais en cyber sécurité seront à cet événement pour présenter les actions de la métropole.

Lire la suite, examiner la source : https://www.rennes-business.com/fr/business-a-rennes/agenda-business/ville-intelligente/

FRANCE 2, 1 BLESSÉ DE TROP


FRANCE 2 – arretsurimages.net – CHRONIQUE – FRANCE 2, ET LE BLESSÉ DE TROP

Une femme parle. Son compagnon vient de perdre un œil, à la manifestation de l’Acte 53 des Gilets jaunes. Elle dit :  « Je ne comprends pas comment en se levant le matin, pour aller montrer notre mécontentement pacifiquement, on perd un œil parce qu’on espère juste vivre mieux. C’est pas juste ». Et je ne sais pourquoi, en regardant ce reportage du compte Twitter 20H France 2 je pense : « c’est le blessé de trop ». C’est l’estropié de trop. Peut-être parce qu’on voit en direct la grenade lacrymogène lui massacrer l’œil, place d’Italie, à Paris. Peut-être parce que Manuel Timili est intérimaire dans l’automobile dans le Valenciennois, et que sa compagne, Séverine, travaille dans une maison de retraite. Peut-être parce que j’ai lu qu’ils ont quatre enfants chacun. Et parce que j’imagine les feuilles de paie, le frigo, les rangées de paires de baskets à remplacer.

Peut-être aussi parce que j’ai en mémoire ce terrifiant « nous ne sommes pas du même camp » du préfet-seigneur de guerre Lallement, celui qui commande en dernier ressort aux lanceurs de grenades. Peut-être parce qu’en entendant cette femme en appeler à la justice, sans majuscule, je ne peux qu’être de son côté, de son camp, pour parler comme Lallement. Tous les estropiés sont des estropiés de trop. Mais Manuel Timili est l’image incontestable de la terreur d’État qui s’abat sur des Français ordinaires.

Par curiosité, je vais voir le sujet du 20 Heures de France 2, tel que diffusé à la télé, et non sur les réseaux sociaux. Il ne reste que quelques secondes du témoignage de Séverine. Il est noyé dans un reportage classique, retraçant le contexte du jet de grenade. Et truffé d’imperceptibles mensonges. « Certains manifestants refusent de quitter la place » dit par exemple le commentaire, alors que tous les témoignages (dont celui de notre chroniqueuse Mathilde Larrère) concordent : ce jour-là, la police interdisait de quitter la place, transformée en nasse.

Lire la suite, la source : https://www.arretsurimages.net/chroniques/le-matinaute/france-2-et-le-blesse-de-trop

PARIS CITY LIFE, SMART CITY


France – PARIS CITY LIFE – SMART CITY – Hier vendredi à 18h34, soit il y a 6 heures, j’ai reçu cette invitation à participer à cette grande manifestation des décideurs de SMART CITY. Merci aux organisateurs d’avoir pensé à m’inviter, connaissant mon intérêt depuis 6 années.

Mon Linky installé le vendredi 15 nov 2019
Compteur Linky

Malheureusement, cette fin d’année 2019, cette fin de Novembre se déroule pour moi la finalisation de mon nouveau statut de producteur d’énergie solaire. Ce n’est pas si simple, et en fin d’automne de finaliser ce dossier, en effet avant il y avait EDF et c’était tout, et c’était simple, maintenant pour remplacer EDF, j’ai, ENEDIS et Urban Solar Energy, et tous ne parlent pas la même langue. En effet cette dernière me réclame des infos qui étaient possibles avec l’ancien compteur EDF, mais pratiquement impossibles avec le fameux Linky. On se demande si l’on est bien au 21ème siècle. On croit rêver.

Merci aux décideurs de SMART CITY, à la Ville de Paris, Madame le Maire Anne Hidalgo, mes regrets de ne pas être disponible, car en effet je suis très intéressé. De fait ce que je voulais faire pour Rognac en Provence, je le fais, me l’applique à moi-même.

Grève du 5 décembre


BFMTV – Grève du 5 décembre 2019 : des syndicats de police appellent à fermer les commissariats.

Plusieurs syndicats appellent les policiers à rejoindre le mouvement de grève prévu le 5 décembre prochain contre la réforme des retraites.

Cheminots, salariés de la RATP, personnels hospitaliers, professeurs, pompiers… Ils sont nombreux à lancer un appel à la mobilisation générale le 5 décembre prochain pour protester contre la réforme des retraites prévue par l’exécutif. Alors qu’ils étaient près de 30.000 à manifester le 2 octobre dernier pour dénoncer la dégradation de leurs conditions de travail, les policiers rejoignent le mouvement. Plusieurs syndicats appellent notamment à fermer les commissariats, si l’exécutif ne répond pas à leurs attentes d’ici là.

 » Malgré les 27.000 policiers dans la rue le 2 octobre dernier, l’administration nous ignore « , déplorent les organisations dans un communiqué. « Faisons-nous entendre le 5 décembre  » avec  » des actions dans tous les services de 10h à 15h « , précisent les syndicats.

 » On a été assez patients  » : Alliance et UNSA Police proposent ainsi de  » fermer symboliquement les commissariats sauf urgence absolue « , et invitent les agents à ne faire aucune intervention sauf en cas d’appels d’urgence.  » Manifestons à notre façon et agissons à la hauteur du manque de considération que nous porte le gouvernement « , lancent-ils.

 » C’est un ultimatum, on a été assez patients « , explique Fabien Vanhemelryck, secrétaire général d’Alliance.  » La maison police brûle et les ministres regardent ailleurs. Ils ne se rendent pas compte de la situation, c’est du jamais vu. On a des discours de soutien de leur part mais jamais les actes « , ajoute-t-il.

 » C’est une mobilisation logique dans la continuité du 2 octobre. Nous n’avons encore rien obtenu « , a confirmé Patrice Ribeiro du syndicat Synergie-Officiers qui participe à l’appel.  » On nous utilise et on nous rince depuis 53 semaines  » de manifestations de gilets jaunes, a-t-il rappelé  » et il n’y a pas de prise en compte du malaise profond des policiers « .

Mélanie Rostagnat avec AFP

Réforme des Retraites


LADEPECHE.FR – Accueil – France – Monde – Société – Réforme des retraites : le départ à 62 ans, c’est fini ?

Emmanuel Macron et le Gouvernement vont sans doute devoir revoir leur copie en ce qui concerne la mise en œuvre du nouveau système universel de retraite.

Dans un rapport remis cette semaine au gouvernement, le Conseil d’orientation des retraites (COR) estime que le budget alloué au système de retraites sera toujours dans le rouge en 2025, date à laquelle est prévue la mise en application du nouveau régime universel. Pour combler ce déficit, le recul de l’âge de départ à la retraite est toujours envisagé. Une véritable épine dans le pied pour le Gouvernement. Le Conseil d’orientation des retraites (COR) va remettre cette semaine un rapport quelque peu pessimiste sur les prévisions du régime de retraites en 2025, date de la mise en œuvre de la réforme prévue par le Gouvernement. Selon le document présenté cette semaine, dans six ans, le régime actuel de retraites sera toujours déficitaire de 7,9 à 17,2 milliards d’euros. D’ici 2025, avant la mise en application de la réforme, la majorité présidentielle devra donc combler ce déficit. Or Emmanuel Macron et son Premier ministre, Édouard Philippe, souhaitaient à l’origine que les retraites soient à l’équilibre au moment de l’entrée en vigueur de leur réforme.

Âge de mise en retraite de 62 à 63 ans ? : Et cette question : en 2025, faudra-t-il se lancer dans un nouveau système universel de retraite alors que l’ancien est toujours dans la zone rouge ? Pour éviter cette situation, le Conseil d’orientation des retraites donne quelques pistes à étudier. Et le recul de l’âge de départ à la retraite revient à la charge, dans les grandes lignes du rapport qui sera remis ce jeudi. Le Gouvernement s’était pourtant refusé à repousser cet âge de départ. Cela fait pourtant partie des préconisations du COR qui conseille de rallonger la durée de cotisation « de 2,5 mois à 5,4 mois par génération l’âge d’ouverture des droits », peut-on lire dans le rapport. Il s’agirait alors, selon ces calculs, de reculer d’ici à 2025, l’âge de départ à la retraite de 62 ans à 63 ans, « voir 64,3 ans pour la génération née en 1963 », selon les scénarios retenus. Un rapport explosif, alors qu’approche la journée d’action et de grève prévue le 5 décembre prochain.

Dorian Elie

Syndicats de police menacent


France Info avec AFP – France Télévisions – Mis à jour le 19/11/2019 | 17h36 – Publié le 19/11/2019 | 17h08 – Actualités / Éco / Conso / Grève / Grève du 5 décembre

Les syndicats de police menacent de se joindre au mouvement social du 5 décembre. Les syndicats envisagent de lancer, le jour de mobilisation contre la réforme des retraites, des « actions de 10 heures à 15 heures dans tous les services de police ».

Policiers en colère.

« Dernière sommation avant black-out ! » Plusieurs syndicats de police, dont Alliance et Unsa, menacent de se joindre au mouvement social du 5 décembre, si le ministère de l’Intérieur « ne répond pas à [leurs] attentes », dans un communiqué publié mardi 19 novembre.

Twitter : Les Raisons de La Colère.

Ils envisagent de lancer, le jour de mobilisation contre la réforme des retraites, des « actions de 10 heures à 15 heures dans tous les services de police », notamment la « fermeture symbolique des commissariats, le refus de rédiger des PV ou encore des contrôles renforcés aux aéroports et aux péages d’autoroutes »

Le 2 octobre, à l’appel d’une intersyndicale inédite depuis près de vingt ans, les policiers avaient défilé dans une « marche de la colère » pour exprimer « leur mécontentement sur les conditions de travail, le manque de reconnaissance, la perte de statut et la remise en cause de leur retraite », rappelle le communiqué.

« La maison police brûle et les ministres regardent ailleurs » – « C’est un ultimatum, on a été assez patients », a expliqué à l’AFP Fabien Vanhemelryck, secrétaire général d’Alliance. « La maison police brûle et les ministres regardent ailleurs. Ils ne se rendent pas compte de la situation, c’est du jamais-vu. On a des discours de soutien de leur part, mais jamais les actes », a-t-il ajouté. « Finalement, on n’a rien », s’est agacé Fabien Vanhemelryck. « Ils en ont même rajouté après ça avec les heures supplémentaires payées au lance-pierre, les congés bonifiés et de nouvelles règles de gestion de la fonction publique », a-t-il détaillé.

« C’est une mobilisation logique dans la continuité du 2 octobre. Nous n’avons encore rien obtenu », a confirmé Patrice Ribeiro du syndicat Synergie-Officiers qui participe à l’appel. « On nous utilise et on nous rince depuis 53 semaines » de manifestations de « gilets jaunes », a-t-il rappelé « et il n’y a pas de prise en compte du malaise profond des policiers ».

Meteoedu

Amanece un nuevo dia

lebruitdebruxelles.wordpress.com/

le bruit de bruxelles : culture & lifestyle à Bruxelles

Le Cri des Peuples

La voix des peuples et de la Résistance, sans le filtre des médias dominants. Abonnez-vous à la NEWSLETTER (quotidienne ou hebdomadaire) pour contourner la censure.

La Commune de Paris

Blog de Michèle Audin

Éxodo 20:13 No matarás. Éxodo 21:14 Además, si alguno se ensoberbeciere contra su prójimo, y lo matare con alevosía, de mi altar lo quitarás para que muera. Levítico 20:13 Si un hombre tiene relaciones sexuales con otro hombre como si fuera con una mujer, ambos han hecho algo repugnante y deben morir; serán los responsables de su propia muerte. Levítico 21:14 No tomará viuda, ni repudiada, ni infame ni ramera, sino tomará de su pueblo una virgen por mujer. Exodus 20:13 You shall not kill. Exodus 21:14 But if a man willfully attacks another to kill him treacherously, you shall take him from my altar, that he may die. Leviticus 20:13 If a man has sexual relations with a man as one does with a woman, both of them have done what is detestable. They are to be put to death; their blood guilt is on themselves. Leviticus 21:14 A widow, or one divorced, or a woman who has been defiled, or a harlot, these he shall not marry; but he shall take to wife a virgin of his own people.

El Papa bendice a los asesinos y predica en contra del ajusticiamiento, yo maldigo a los asesinos y predico en contra del asesinato. The Pope blesses the murderers and preaches against the execution, I curse the murderers and preach against the murder. El blog del jinete del caballo blanco, el que juzga con justicia – Mateo 24:21-24, Daniel 12:1-3 El tiempo del fin y de la revelación del juicio de Dios – Jesús [Josué], Jesús tenía cabello corto Isaías 43:10 Vosotros sois mis testigos, dice Jehová, y mi siervo que yo escogí, para que me conozcáis y creáis, y entendáis que yo mismo soy; antes de mí no fue formado dios, ni lo será después de mí. 11 Yo, yo Jehová, y fuera de mí no hay quien salve. Tocan la puerta, salgo y veo un grupo de gente, les pregunto:’¿quienes son ustedes?’, me responden: “somos los testigos de Jehová, queremos predicarte la Palabra de Dios en la Biblia…”, yo respondo: “ustedes son los falsos testigos de Jehová porque predican la Biblia, un libro que miente en Hebreos 5:9 al decir que Jesús es el Salvador, un libro que miente en Mateo 5:38-48 o Lucas 6:27-36 al decir que Jesús dijo que Jehová ama a sus enemigos, nada mas alejado de la realidad (Deuteronomio 32, Salmos 5, Salmos 110)”. Salmos 15:1 Jehová, ¿quién habitará en tu tabernáculo? ¿Quién morará en tu monte santo? 2 El que anda en integridad y hace justicia, Y habla verdad en su corazón. 3 El que no calumnia con su lengua, Ni hace mal a su prójimo, Ni admite reproche alguno contra su vecino. 4 Aquel a cuyos ojos el vil es menospreciado, Pero honra a los que temen a Jehová. El que aun jurando en daño suyo, no por eso cambia; 5 Quien su dinero no dio a usura, Ni contra el inocente admitió cohecho. El que hace estas cosas, no resbalará jamás. Soy amigo de la justicia, soy enemigo de la injusticia. Amo la justicia, odio la injusticia. No puedo amar la justicia y la injusticia a la vez, por eso no es cierto que el justo haya pedido amar la injusticia, los injustos hacen injusticia, no es cierto que el justo haya pedido amar a los enemigos, porque los enemigos de los justos hacen injusticia, porque amar a los injustos es amar la injusticia que estos practican, porque la mordedura de perro es a causa del perro!. Gente, ¿cuantos mas se darán cuenta que a muchos nos han engañado!!?, Génesis 3:13-15 Jehová dijo a la mujer: ¿Qué has hecho? La mujer respondió: La serpiente me engañó, y comí. Por ello Jehová dijo a la Serpiente: “Serás maldita entre todas las bestias y animales del campo; te arrastrarás sobre tu pecho y comerás polvo todos los días de tu vida, pondré enemistad entre ti y la mujer, y entre tu descendencia y la de ella, esta te herirá la cabeza y tú herirás la herirás en el talón. Proverbios 29:27 Los justos odian a los malos, y los malos odian a los justos. Amo la justicia y odio la injusticia: Salmos 45:7 Has amado la justicia y aborrecido la maldad; Por tanto, te ungió Dios, el Dios tuyo, Con óleo de alegría más que a tus compañeros.. Por lo tanto, los justos entenderán que una bestia griega, Cleóbulo de Lindos, dijo lo que un sabio judío, Josué el Mesías, nunca dijo! Dios no ama a todos, pero el falso profeta dice que Dios ama a todos porque el falso profeta solo quiere clientes que le enriquezcan y por eso les vende esa mentira a los injustos con este mensaje: “Dios te ama” o “Jesús te ama” o “Cristo te ama” – . Salmos 5:4 Porque tú no eres un Dios que se complace en la maldad; El malo no habitará junto a ti. 5 Los insensatos no estarán delante de tus ojos; Tu odias a todos los que hacen maldad. 6 Destruirás a los que hablan mentira; Jehová odia al hombre sanguinario y mentiroso. Salmos 5:11 Pero alégrense todos los que en ti confían; Den voces de júbilo para siempre, porque tú los defiendes; En ti se regocijen los que aman tu nombre. 12 Porque tú, oh Jehová, bendecirás al justo; Como con un escudo lo rodearás de tu favor.. Daniel 7:10 El tribunal se sentó, Y se abrieron los libros. Salmos 110:5 El Señor está a tu diestra; Quebrantará a los reyes en el día de su ira. 6 Juzgará entre las naciones, Las llenará de cadáveres; Quebrantará las cabezas en muchas tierras. 7 Del arroyo beberá en el camino, Por lo cual levantará la cabeza. 1 Corintios 6:2 ¿Acaso no saben ustedes que el pueblo santo ha de juzgar al mundo? 2 Tesalonicenses 2:8 se manifestará aquel inicuo, a quien el Señor matará con el espíritu de su boca. El papa Francisco declaró que la pena de muerte es inaceptable en todos los casos, dice: “Existe una creciente conciencia de que la dignidad de la persona no se pierde incluso después de la comisión de crímenes muy graves”. Proverbios 28:4 Los que abandonan la ley alaban a los impíos, pero los que guardan la ley luchan contra ellos. Isaías 11:4 y con el espíritu de sus labios matará al impío. Ninguna iglesia que predica la Biblia es una iglesia de Dios, porque Dios no ama a su enemigos (Salmos 5), Dios solo ama a los justos, precisamente porque Dios no ama a los injustos, es que ellos no van a heredar el reino de Dios: 1 Corintios 6:9 ¿No sabéis que los injustos no heredarán el reino de Dios? No erréis; ni los fornicarios, ni los idólatras, ni los adúlteros, ni los afeminados, ni los que se echan con varones, 10 ni los ladrones, ni los avaros, ni los borrachos, ni los maldicientes, ni los estafadores, heredarán el reino de Dios. (Daniel 2:44 Y en los días de estos reyes el Dios del cielo levantará un reino que no será jamás destruido, ni será el reino dejado a otro pueblo; desmenuzará y consumirá a todos estos reinos, pero él permanecerá para siempre). Tanto en los Evangelios Apócrifos como en el Nuevo testamento de la Biblia se han incluido verdades, principalmente en forma de parábolas, con muchas mentiras, que se crearon en los concilios del imperio que mató a los verdaderos cristianos. ( https://bestiadn.com/2019/08/18/el-culto-a-zeus/ )Muestro los argumentos que ponen en evidencia que Cristo tenía cabello corto (https://bestiadn.com/2019/04/21/cristo-utilizo-el-cabello-corto/ ). Salmos 118:16 .. La diestra de Jehová hace valentías. 17 No moriré, sino que viviré, y contaré las obras de Jehová (yo daré testimonio de la verdad : El Libro de la Verdad : la palabra de Jehová). Mateo 24:31 Y El enviará a sus ángeles [mensajeros] con una gran trompeta (se publica la verdad, se da anuncio) y juntarán a sus escogidos (el verdadero pueblo de Israel – los 144,000 justos ) de los cuatro vientos (las costas), .. Isaías 42:2 No gritará, ni alzará su voz, ni la hará oír en las calles. (https @ www – Solo es posible con la Internet y ya existe, entonces ya es el tiempo) Isaías 42:4.. y las costas (los cuatro vientos) esperarán su ley. Salmos 110:1 Jehová dijo a mi Señor: Siéntate a mi derecha hasta que ponga a tus enemigos por estrado de tus pies. No son las religiones de muchedumbres de adeptos las que predican la verdad, porque muchos son los llamados, pero pocos los escogidos. Mateo 22:14 Porque muchos son llamados, y pocos escogidos. Apocalipsis 14:3 Y cantaban un cántico nuevo delante del trono, y delante de los cuatro seres vivientes, y de los ancianos; y nadie podía aprender el cántico sino aquellos ciento cuarenta y cuatro mil que fueron redimidos de entre los de la tierra (Daniel 12:10, Juan 8:43, Juan 8:47). https://bestiadn.com/2020/01/16/the-pope-blesses-the-murderers-and-preaches-against-the-execution-i-curse-the-murderers-and-preach-against-the-murder/ Aunque pueda contener algunas frases sabias, (Esa es la estrategia de Satanás para llamar a sus mentiras: “la palabra de Jehová”, como lo hicieron los falsos profetas (los hijos de Satanás) en la antigüedad y ahora .. (Isaías 5:20-25), es como sucede con los fajos de billetes falsos combinados con billetes verdaderos) Eclesiastés es un libro que no debió ser considerado sagrado, basándome en su contenido, yo estoy seguro no lo escribió Salomón aunque se especule eso (https://777healthblog.wordpress.com/2019/07/19/cual-es-la-diferencia-entre-eclesiastico-y-eclesiastes/ ), no debería ser citado como una referencia de texto sagrado, dice por ejemplo que los muertos no tienen sentimientos y que no volverán a la vida (los falsos “testigos de Jehova” avalan ese libro). “Eclesiastés 9:5 Porque los que viven saben que han de morir; pero los muertos nada saben, ni tienen más paga; porque su memoria es puesta en olvido. 6 También su amor y su odio y su envidia fenecieron ya; y nunca más tendrán parte en todo lo que se hace debajo del sol. Daniel 12:1 En aquel tiempo se levantará Miguel, el gran príncipe que está de parte de los hijos de tu pueblo; y será tiempo de angustia, cual nunca fue desde que hubo gente hasta entonces; pero en aquel tiempo será libertado tu pueblo, todos los que se hallen escritos en el libro. 2 Y los muchos que duermen en el polvo de la tierra serán despertados (volverán a vivir – reencarnarán), unos para vida eterna, y otros para vergüenza y confusión perpetua. ¿Vieron la contradicción?: Apocalipsis 6:9 Cuando abrió el quinto sello, vi bajo el altar las almas de los que habían sido muertos por causa de la palabra de Dios y por el testimonio que tenían. 10 Y clamaban a gran voz, diciendo: ¿Hasta cuándo, Señor, santo y verdadero, no juzgas y vengas nuestra sangre en los que moran en la tierra? 11 Y se les dieron vestiduras blancas, y se les dijo que descansasen todavía un poco de tiempo, hasta que se completara el número de sus consiervos y sus hermanos, que también habían de ser muertos como ellos. Isaías 66:22 Porque como los cielos nuevos y la nueva tierra que yo hago permanecerán delante de mí, dice Jehová, así permanecerá vuestra descendencia y vuestro nombre. (Génesis 3:15 “la descendencia de la mujer” ) Daniel 12:3 Los entendidos resplandecerán como el resplandor del firmamento; y los que enseñan la justicia a la multitud, como las estrellas a perpetua eternidad. Mateo 13:43 Entonces los justos resplandecerán como el sol en el reino de su Padre. El que tiene oídos para oír, oiga. Isaías 66:23-24 Y de mes en mes, y de día de reposo en día de reposo, vendrán todos a adorar delante de mí, dijo Jehová. Y saldrán, y verán los cadáveres de los hombres que se rebelaron contra mí; porque su gusano nunca morirá, ni su fuego se apagará, y serán abominables (Génesis 3:15 “La descendencia de la Serpiente”), ellos serán abominables para todos. https://bestiadn.com/2020/01/15/jesus-jamas-le-dijo-a-los-injustos-dios-te-ama-tal-como-eres-y-punto/

AIME IMAGINE DESIGN

Mylène Lehoux

We Are On The Road

Voyageurs du Monde

Quantième Art

Linguistique, cinéma, écriture… Histoires de mots, mots d'images, mots d'histoires

Nadiia`s stories

Hello, everyone! My name is Nadiia, you probably noticed, I have another blog about healthy eating and sports, it is my passion) As for this blog, I just decided to share my thoughts, my feelings. Do not judge, I am not a professional writer, I just trying to express myself.

Ça me revient - Christophe Guitton

Souvenirs d'enfance - années 70's

ON THE ROAD TO EQUALITY

Si le voyage forme la jeunesse, en tant que jeune femme le voyage m'a émancipé. Ce blog à pour objectif de promouvoir l'égalité des genres par le voyage et encourager les jeunes femmes comme moi à partir seule sereinement.

BlogBoxe

- Journal en temps réel -

3 x 3 = Mada

Nous 3, partis pour 3 ans à Madagascar

Sandra En mode E.K.O

Blog d'une Maman Nature Toulousaine

Le Sous-Bock

Un blog et des bières

Mémoire d'Europe

Europe au quotidien Mémoires partagées.

Le Blog de L'Immobilier

Vous aurez toutes les clefs pour acheter ou vendre votre bien immoblier

ChronosFeR2

Fotografia, Literatura, Música, Cultura.

Charme Haut®

Moda - Beleza - Glamour - Luxo

BENSOULA MOHAMED

Un site personnel utilisant WordPress.com

Film Exposure

Site consacré au cinéma proposant des articles de fond et documentés.

Le monde d'Elhyandra

Chroniques littéraires SFFF & autres plaisirs - Créatrice du podcast Littérature SFFF

Newstrum - Notes sur le cinéma

Blog de critiques de films et autres textes sur le cinéma

La Plume Démasquée

Vous ne savez pas quoi lire ? Venez piocher des idées !

Valais Libre

Valais libre est un blog tenu par Pierrot Métrailler, ancien rédacteur en chef du Confédéré (2009 – 2011) et ancien secrétaire cantonal du PLR Valais (2006 – 2011).

Eveilhomme

Éveillons-nous aux nouvelles fréquences de réalité! Extraterrestres , Galactiques , Spiritualité , Divulgation , Ascension , Messages de Gaïa , Méditations, Anciennes Civilisations, Êtres de l'intraterre, Développement personnel , Changements cosmiques

VIBRA ALTO. CAMBIA EL MUNDO.

Encontrarse, descubrirse, evolucionar...

NicoBudo

Une vision des arts martiaux

Mais ta gueule...

Le vrai problème avec la drogue, c'est quand y en a plus

Sur mes brizées

des livres et des BD !

Tarot queer et féministe

et encore plus gros avec Cathou

Chercher l'inconnue

Dérives professionnelles et autres considérations

A Voice from Iran

Storytelling, short stories, fable, folk tales,...

Cluny - histoires d'Histoire

Cluny et son Histoire, ses histoires

Pasteur Marc Simeon

Come Listen to Pasteur Marc Simeon Messages

Peinture chamanique

trouve d'abord cherche ensuite

Groupe front de gauche et citoyens

Parti Communiste Français et Gauche Citoyenne - Conseil Départemental des Hauts-de-Seine

MABATIM.INFO

Regards Juifs de Versailles

MEMORABILIA

Gardons quelques idées au bout de nos pixels...

%d blogueurs aiment cette page :